10/04/2008

Finettes de porc au gingembre de Madame LIU

20080407 008
 
Finettes de porc au gigembre de Madame LIU
 
 
 
 
 
 inter
Ce billet est un petit hommage à Madame LIU, que j'avais rencontrée dans le cadre des activités de l'Association belgo-chinoise. C'est elle qui m'a enseigné quelques bases marquantes de la cuisine chinoise que j'ai particulièrement appréciées et utilisées par la suite.
inter
Madame LIU a quitté sa Chine natale avec ses enfants, il y aura bientôt 8 ans, emportant comme principal bagage, un immense savoir culinaire traditionnel. Lors d'une de nos rencontres, elle m'avait confié que dans sa famille, depuis cinq générations, on était cuisinière de mère en fille.
inter 
Dissoutes dans les valeurs culturelles et sociales de notre monde occidental, ses deux filles pourtant, ont déjà exprimé clairement qu'elles ne perpétueraient pas cette tradition familiale. Toutes deux terminent des études qui les orienteront, l'une vers l'architecture, l'autre vers le revisorat.
inter
Madame LIU est très fière de ses filles, mais elle ne saurait cacher sa déception de ne pas pouvoir transmettre à ses enfants le savoir culinaire hérité de sa propre mère. Loin de se résigner à la perte irrémédiable de son art simple et vrai, elle enseigne la cuisine chinoise avec une extrême gentillesse et une infinie patience aux personnes qui veulent partager son expérience.


Pour 4 personnes 
Préparation : 35 min
Cuisson : 10 min 
 
Ingrédients
650 gr de finettes de porc (porc coupé en très fines lamelles)
15 gr de champignons noirs déshydratés OU alternativement, comme dans la recette illustrée ici, 1 boîte de coeur de palmier
4 c à S de sauce soja
1 c à S de vinaigre de riz complet
1,5 dl de bouillon de volaille filtré
1/2 c à c de sucre cristalisé
Huile d'arachide
5 gousses d'ail émincées
40 gr de gingembre émincé
1 petit oignon coupé en 8
sel
6 brins de ciboule chinoise (= ail chinois ou "ciboulail") OU 2 brins de Cébette (oignon de printemps)
Poivre blanc
1 long piment rouge égrainé
15 brins de coriandre fraîche
 
Préparation  
Faites tremper les champignons noirs dans de l'eau chaude pendant 3 min. Vérifiez s'ils sont bien ramollis après ces 3 min; sinon prolongez d'1 min.
Egouttez-les.
Si vous réalisez la recette avec des coeurs de palmier, faites-les égoutter et coupez-les en biais. Mettez en attente.
Dans un bol, mélangez le bouillon de volaille, la sauce soja, le vinaigre de riz et le sucre, mélangez bien le tout. Faites reposer.
Faites chauffer de l'huile d'arachide dans un wok ou une sauteuse. Faites-y sauter l'ail (il doit rester blanc; ne pas le faire brunir), ajoutez la viande.
Faites sauter à feu vif pendant 4 min jusqu'à ce que la viande soit cuite.
Ajoutez le gingembre, l'oignon , les champignons OU les coeurs de palmier et le mélange de sauce.
Faites à nouveau cuire l'ensemble 3 min.
Rectifiez l'assaisonnement si nécessaire; ajoutez la ciboule émincée.
Servez dans un plat. Saupoudrez avec le poivre blanc, le piment rouge émincé et la coriandre hachée.
Servez avec du riz et du sambal oelek.

Notre audace vin pour accompagner ce plat :

Riesling demi-sec Lanius Knab 2000- Mittelheim


Le choix audacieux mais finalement très réussi de ce vin blanc allemand nous avait été suggéré par Sébastien Kellner, sommelier.

20080407 009

10:14 Publié dans VIANDES | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : cuisine chinoise

Commentaires

La culture culinaire asiatique fait partie de mes préférées. De petits morceaux de viande, des légumes variés et peu communs, des sauces à base de poissons, voilà un art de mélanges pour bien cuisiner.
J'aurais bien aimé rencontrer cette dame au savoir-faire !
Bonne journée

Écrit par : Mamounette | 10/04/2008

Répondre à ce commentaire

Je ne suis pas du tout fan de ce que l'on nous sert d'habitude dans les restaurants chinois belges, mais la vraie culture gastronomique Chinoise est d'une richesse incroyable. J'ai le souvenir très présent d'un repas chez l'oncle de ma femme. Il avait épousé une anglaise, qui à son tour avait une soeur qui avait vécu une dizaine d'années en Asie. Elle nous a fait un repas incroyable. La préparation lui avait pris deux jours. C'était une merveille. Il y a déjà plus de dix ans et je me souviens encore toujours des goûts, notamment une sauce aux haricots noirs. Je n'ai jamais retrouvé les goûts après.
Par contre, j'espère que tu n'as pas acheté des finettes toutes faites comme on les trouve dans les supermarchés de nos jours? Ils proviennent du dos du cochon et sont très goûteuses, mais ils coûtent le double du prix que le morceau d'où ils proviennent. C'est un vrai coup de marketing avec les recettes qui foisonnent dans les magazines et qui nous les font acheter. Mieux vaut donc les couper soi-même que de les acheter tout faits. Celà ne changera pas grand'chose au goût mais bien au portefeuille.

Écrit par : Mark | 11/04/2008

Répondre à ce commentaire

Tu as bien de la chance, Anne, de rencontrer de telles personnalités! Ce sont ce que j'appelle des personnes riches ... riches de coeur, riches de savoir-faire, riches de leur passion ...
Quoi que fassent ses filles, inconsciemment, elles auront certainement hérité de certaines valeurs culinaires de leur maman ;o)
C'était chinois aussi ce soir chez nous! Une fois de temps en temps, j'apprécie ;o)
Bizzzz

Écrit par : Rose | 09/02/2011

Répondre à ce commentaire

Un plaisir

Merci pour ces voyages avec les plantes et les preparations

Écrit par : marcel le helloco | 04/05/2015

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.