10/04/2008

Qu'est-ce qu'on mange ce soir ? Des OGM ?

Marre des laquais de l'OMC qui veulent nous berner encore ... 

S'ils pensent que leur volonté nous servira de raison, nous leur montreront qu'ils se trompent et leur donnerons des leçons de saine démocratie ...

Méfiez-vous de vos élus. Plusieurs d'entre-eux ont des comportements suspects de ces jours-ci. Votre bien-être n'est pas nécessairement leur première préoccupation. Ils sont trop nombreux à avoir sollicité vos voix et à ne pas entendre ce que vous exprimez dans la plus large majorité.

Bien chlorophyllement vôtre,

José

 

Greenpeace France informe :

« Le législateur ne s'est toujours pas prononcé sur la nature du sans OGM, s'indigne Arnaud Apoteker, de Greenpeace France. On sait ce qu'est une culture OGM, mais l'on ne sait toujours pas clairement ce qu'est une culture sans OGM. C'est un comble pour une loi dont l'objectif, tout au moins si l'on se fie à la directive 2001/18, devrait en être la protection ! La position du Gouvernement sur cette définition cruciale reste dramatiquement floue. »

Dans ce contexte, Greenpeace ne peut se réjouir des amendements adoptés ces derniers jours. La disposition qui limitait la liberté d'expression des membres d'un futur Haut Conseil des biotechnologies avait été ajoutée en février par la frange la plus conservatrice des sénateurs. Sa suppression tient donc du minimum syndical.

Quant à l'amendement qui dispose que les parcs naturels "peuvent" exclure la culture d'OGM, "avec l'accord unanime des exploitants agricoles concernés", et "sous réserve que cette possibilité soit prévue par leur charte", il constitue une véritable supercherie, l'unanimité étant évidemment impossible à atteindre. Il suffit d'un agriculteur, que les promoteurs des OGM n'auront sans doute aucun mal à convaincre, pour saboter toute tentative de protection des espaces naturels.

Par ailleurs, l'amendement indiquant que les organismes de gestion des filières de qualité (comme les AOC) peuvent demander à l'autorité administrative des mesures plus contraignantes pour se protéger des OGM n'est guère plus convaincant : il n'indique pas que l'autorité administrative doive réagir à ces demandes des labels de qualité, ni comment. Il s'agit d'un amendement de façade destiné à faire croire aux français que les députés veulent préserver les filières de qualité, mais sans rien imposer pour y parvenir.

« Globalement, les amendements adoptés ont tout l'air de pilules destinées à faire digérer aux citoyens un texte fondamentalement inacceptable compte tenu de leurs préoccupations et des risques potentiels des OGM », ajoute Arnaud Apoteker.

Le refus des amendements sur l'étiquetage des produits issus d'animaux nourris aux OGM et celui d'indiquer clairement que les dossiers d'évaluation environnementale et sanitaire ne peuvent en aucun cas rester confidentiels montrent que l'intention des députés UMP, à l'opposé des principes professés par le gouvernement et du Grenelle, est bien d'imposer les OGM partout et en cachette.

Un seul amendement de protection
Jusqu'alors les seuls amendements intéressants l'ont été à l'article 1 du projet : il s'agit du 252 permettant la protection des filières de qualité sans OGM et de son corollaire le 112. Il est à craindre que les amendements « cosmétiques » adoptés par l'Assemblée nationale permettent de légitimer au Sénat ou en seconde lecture à l'Assemblée l'abandon du 252, dont les objectifs– dont la pérennité des AOC françaises- sont pourtant si évidents que l'on ne voit pas bien pourquoi la majorité UMP pourrait se permettre de les contester.

C'est pourtant bien au contraire l'ensemble du texte qui aurait du être mis en conformité avec les principes de précaution et de protection du sans OGM portés par l'amendement 252. Sa remise en cause au Sénat la semaine prochaine tiendrait de l'irresponsabilité la plus totale et illustrerait une fois de plus la collusion entre certains élus UMP et les firmes semencières et biotechnologiques.

12:48 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : ogm

Commentaires

Ils se foutent bien de notre g......., nos chèrs élus.

Écrit par : Mark | 11/04/2008

Répondre à ce commentaire

Nos élus ....??? difficile de croire qu'ils ont un cerveau, je tremble pour mes petite
j'espère que vous avez bien profité de votre visite à Enghien
tout doux we à vous
bisous

Écrit par : Nanny | 11/04/2008

Répondre à ce commentaire

Tout ça est vraiment désolant. Bientôt on aura plus le droit de faire pousser nos légumes dans nos jardins.Que faire??? mais que faire????

Écrit par : Marie Flo | 12/04/2008

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.