12/08/2008

BASILIC, PESTO et PISTOU

 

_DSC0280 basilic grec.JPG

Basilic grec à petites feuilles
copyright : les Jardins de Pomone asbl

Plantes aromatiques culinaires


BASILIC, PESTO et PISTOU 

 

Le goût et le parfum des vacances estivales, c'est aussi un peu le basilic !

Au Nord de la Loire (j'utilise toujours cette expression pour marquer une frontière entre deux types de culture, l'une méditerranéenne, l'autre septentrionale), l'usage courant du basilic frais en cuisine ne date que d'il y a une quinzaine d'années seulement. A la faveur de nouvelles méthodes de culture et de conditionnement (en pots notamment), l'avancée commerciale de cet ingrédient aromatique est assez spectaculaire. Parmi les gourmets, il y a de plus en plus d'inconditionnels du basilic; mais il y a aussi des personnes qui n'en apprécient ni l'odeur, ni le goût. Ce sur quoi les uns et les autres devraient pouvoir se mettre d'accord, c'est que le basilic a des vertus antiseptique, antispasmosdique, digestive et expectorante scientifiquement observées et que sa consommation (modérée, ce n'est pas un légume!) est un bienfait pour notre santé.

Les basilics appartiennent tous au genre ocimum (famille des lamiacées). Lorsque nous parlons de basilic chez nous, nous ne faisons généralement référence qu'à  une seule espèce seulement, celle que les botanistes désignent sous le nom de "Ocimum basilicum" et que les Anglais appellent génériquement "Sweet Basil".  Même si le genre "ocimum" est représenté au bas-mot par 160 espèces différentes, et que l'espèce Ocimum basilicum comprend à elle seule une soixantaine de variétés,  5 à 6 d'entre elles au maximum sont commercialisées comme produit frais.

 

003 DSC_0240 Basilic à feuilles de laitue.jpg

Basilic à grandes feuilles de laitue

copyright : les Jardins de Pomone asbl


Il en va pour le basilic comme pour tant d'autres légumes et plantes aromatiques. Encore un fois, je le dis et je le répète, en matière de biodiversité, nous ne sommes plus nulle part dans notre alimentation. Or, si la biodiversité est favorable à prémunir notre organisme contre bien des maladies (je pense plus spécialement aux cancers et aux allergies), nous sommes souvent - sinon contre notre gré, à notre insu - entraînés dans une logique commerciale dans laquelle la recherche de profit prime sur toutes autres considérations, et dont les effets sont impitoyablement réducteurs pour nos assiettes. Cette économie là, je la maudis et je dénonce journellement ses contradictions et ses perversions en espérant que ce "modèle" d'économie de marché, de la volonté même des consommateurs, s'effondrera à moyen terme.

Alternativement, je crois beaucoup et participe - modestement mais activement - à la remise en selle des économies de proximité, des produits de terroirs. Encore faut-il que les consommateurs soient mieux informés, conscientisés, et appuient concrètement cette démarche qui nous libérerait le plus rapidement possible des exactions et des nuisances de Monsanto, Syngenta, Bayer et quelques autres monstres multinationaux qui se moquent de l'humanité ... et nous permettrait de nous réapproprier progressivement une alimentation  plus saine, plus savoureuse, plus adaptée, plus respectueuse de l'environnement. (Malgré les alertes les plus sérieuses et répétées des scientifiques et des mouvements écologistes de ces dernières années, ce ne sera sans doute pas pour demain ... mais peut-être, grâce à vous, ... après-demain.)

Basilic 2007 05 20 126


Mais revenons à notre choix incroyablement réduit de variétés d'ocimum basilicum du marché, le basilic que vous connaissez toutes et tous. (Si vous le plébiscitez, je pourrais consacrer de prochains billets au "basilic perpétuel", au "tulsi" - ce basilic sacré indien qu'Apolina m'a fait découvrir avec ravissement - et à l' "horapha" - le basilic thaï, qui ont des particularités intéressantes mais restent peu disponibles et donc méconnus chez nous). 

Le basilic à grandes feuilles vertes est le type le plus répandu en Europe. Il inclut notamment le célèbre "Gênois", ou mieux "Genovese". C'est  l'ingrédient indispensable pour la préparation de la célèbre sauce "Pesto".

Bien que la préparation du "pesto" comporte de nombreuses variantes, et pour faire plaisir à quelques-unes d'entre-vous, je vous en donne ici une recette de base :

 

Recette du pesto genovese

 

Ingrédients (pour 4 personnes)

  • 10 feuilles vert-foncé de basilic "genovese"
  • 4 cuillères à soupe de pignons de pin
  • 2 gousses d'ail (égermées, ce sera plus digeste)
  • 8 cuillerées d'huile d'olive
  • Sel, poivre
  • 100 gr de parmesan ou de grana padano râpé

 

Préparation

Piler l'ail et les feuilles de basilic préalablement hachées. (Si vous êtes pressées, remplacez le pilon par le blender électrique). Ajoutez les pignons. Salez (pas trop! Une pincée suffit) et poivrez à votre goût.

L'ensemble de ces ingrédients doit être réduit en un fine purée homogène, sur laquelle vous verserez ensuite lentement et progressivement l'huile d'olive en remuant avec un fouet. Lorsque votre mélange est devenu bien crémeux et uniforme, incorporez le parmesan (ou le grada padano) râpé et continuez à mélanger consciencieusement.

Laissez reposer au frigo pendant deux heures avant de consommer. 

 

Toujours parmi les basilics à grandes feuilles, figurent la variété "Grand vert" et la variété "Feuilles de laitue" (qui je crois, est exactement la même que celle commercialisée aujourd'hui sous le nom de "Mammouth", mais je n'en suis pas sûr !) Ce sont là les variétés à utiliser pour préparer un des plus populaires ingrédients préparés de la cuisine provençale : le "Pistou".

Dans cette préparation, Anne et moi utilisons souvent le "Marseillais", un basilic à grandes feuilles de sélection relativement récente, dont le port est plus dense et plus compact; des avantages techniques qui ne retranchent rien à sa saveur, au contraire. 

Certains croient que le pistou est une soupe occitane; ce n'est pas exact. Cependant, il existe bien la fameuse "soupe au pistou" du Midi.

Alors le pistou, c'est quoi ? Le terme vient du provençal "pista", qui signifie "écrasé". Tout simplement - comme le pesto - il est préparé à partir de plusieurs ingrédients écrasés ensemble au pilon dans un mortier (en version "speedée", au blender!). Mais entre les deux préparations, il y a une différence de taille. Il n'y a pas de fromage râpé ni de pignons dans le pistou.

 

 

Recette du pistou

 Ingrédients  (pour 4 personnes ou 25 cl)

  • 2 bonnes tasses de basilic frais
  • 4 gousses d'ail
  • Un grosse pincée de gros sel gris d'Aigues-mortes
  • 8 cuillerées à soupe d'huile d'olive (Préférez évidemment la qualité extra-vierge, première prssion à froid. Désolé, mais "Pujet", c'est pas la marque idéale.)


Préparation

Ecrasez l'ail avec le sel dans un mortier. Ajoutez les feuilles de basilic préalablement ciselées grossièrement jusqu'à l'obtention d'une purée bien homogène. Ajoutez l'huile progressivement en continuant à remuer avec un fouet.

Ce mélange se conserve bien pendant 24 heures au frigo. Mais vous pouvez également le répartir en doses que vous conserverez au congélateur.

 

Parmi les autres basilics remarquables de l'espèce ocimum, il existe plusieurs variétés au feuillage pourpre, les unes à feuilles lisses, les autres à feuilles plus ou moins frisées. Leur saveur est appréciable, mais n'est à mon avis valorisable que dans des mélanges avec d'autres basilics ou herbes aromatiques. Pas négligeable : à l'instar du "shiso", persil japonais, sa couleur apporte une note visuelle plus originale à vos préparations froides au basilic.

 

2007 05 20 047 Basilic rouge_redimensionne

Basilic pourpre

copyright : les Jardins de Pomone asbl

Il existe aussi une étonnante variété au parfum citronné, que vous devez absolument découvrir si vous ne les avez pas encore essayées. ("Citriodorum" ou "Lemon")

 

_DSC1013  Basilic citron.jpg

Basilic citron

copyright : les Jardins de Pomone asbl

Plusieurs variétés se caractérisent encore par un goût anisé; la plus remarquable d'entre elles est sans doute la "Persian Anice" ou "Licorice".

Anne et moi avons aussi découvert cette année un "basilic-cannelle" absolument étonnant et séduisant. Mais il ne semble pas très productif.

 

Basilic classique+++.jpg

Basilic grand vert, le "classique" du commerce

copyright : les Jardins de Pomone asbl

 

DSC_0248 Basilic Pesto Perpetuo.JPG

Basilic panaché Pesto perpetuo
copyright : les Jardins de Pomone asbl

 

DSC_0260 Basilic cannelle.JPG

Basilic cannelle

copyright : les Jardins de Pomone asbl


20080713 024

Basilic-cannelle en fleurs. Assez chétif, mais délectable !

copyright : les Jardins de Pomone asbl

 

003 DSC_0230 Basilic sacré.jpg

Basilic sacré (kha Prao tulsi)

copyright : les Jardins de Pomone asbl



 

En guise de conclusion pour ce billet :

Puisque le marché du basilic est si pauvre en regard de la biodiversité de l'espèce, je vous suggère de cultiver vos variétés préférées plus rares sur votre balcon ou dans votre jardin. La culture en pot est vraiment facile si on maîtrise tant soit peu l'arrosage et la luminosité. Et pourquoi pas, la solidarité des blogonautes amateurs de basilic, par des échanges amicaux et sympathiques de graines peut contribuer à reconquérir notre liberté alimentaire et à reformer notre culture du goût authentique.

Bien chorophyllement et amicalement,

José

 
  P1070780 Basilic perpétuel.JPG

copyright : les Jardins de Pomone asbl

Ce "Basilic perpétuel", cultivar "Magic Mountain" obtenu à partir du basilic du Kilimandjaro, ne manque pas d'attrait ni de goût. Les abeilles ne s'y trompent pas, puisque c'est une des plantes mellifères dont les fleurs sont les plus visitées par elles dans notre jardin. C'est une variété buissonnante de taille importante  (plus d'un mètre de hauteur) dont la particularité est d'être vivace et de résister à des températures hivernales de - 5° C.

Commentaires

BONJOUR Ayant eu la main lourde au niveau de mes semis de basilic , j'en ai bien de trop m^me en en ayant donné ,alors la recette du pistou est bienvenue ! merci.
Je dois dire que je réalise chaque année un "pesto" d'ail des ours que je conserve très longuement en petits bocaux alors je me dis que je pourrai pareillement conserver le basilic . J'en ai essayé plusieurs ,citron, cannelle ,pourpre ( il est panaché le mien ?!)laitue ...mais je ne connaissais pas le perpétuel . Je le retiens pour l'année prochaine ( mais ou trouver des graines ??)
bonne soirée

Écrit par : digitale | 12/08/2008

Répondre à ce commentaire

José, C'est merveilleux, le monde des basilics. Mais quel désastre. En magasin, on ne sait même pas quelle variété on achète. Celà devrait être obligatoire sur les herbes et ls légumes: pays de production, variété.... Mais je crains effectivement que ce n'est pas pour demain. Quand à moi, j'ai uilisé aujourd'hui dans ma quiche de la menthe????? Variété: de chez l'épicier du coin.

Écrit par : mark | 12/08/2008

Répondre à ce commentaire

Alors là, ça me parle, cet article! (très fait bien, ceci dit). Nous adorons le basilic, et bien entendu, le pesto est un incontournable chez nous!
J'apprends plein de choses sur les différentes variétés de basilic. Une vraie mine d'or, ce blog! Si vous le permettez, je le mets dans mes liens favoris.
Bien à vous

Écrit par : Mamini | 12/08/2008

Répondre à ce commentaire

super article mon ami!! j'ai fait une recette ces jours ci de courgettes au pistou! c'était excellent! je vous embrasse tous les deux! micheline (dites bonjour à Apolina pour moi si vous la voyez! merci )

Écrit par : mickymath | 13/08/2008

Répondre à ce commentaire

le basilic...on en parle toujpours au singulier. Depuis que je passe chez vous et que j'ai pu aller dévaliser les plantes chez 2coflora, je parle maintenant DES basilicS. Tous ont leur particularité, tous se laissent accomoder facilement, tous apporte cette pointe de soleil qui nous manque tant au nord de la Loire comme tu dis. J'ai aussi un plant de basilic canelle, il est bien pauvre également mais qu'est-ce qu'il est goûteux. Je l'ai utilisé dans une petite marmelade abricot-orange recouvertes de chocolat au thym...ce fut superbe. J'attends impatiemment le 24! Biz à vous deux
ps: mes graines de pâtisson sont en terre...il faudra attendre le retour d'Autriche pour qu'elles osent sortir le bout de leur nez...

Écrit par : fabienne | 13/08/2008

Répondre à ce commentaire

depuis que je viens me balader chez vous, je vous decerne un prix sur mon blog , pour que votre jardin attire encore plus de monde
http://mamapasta.over-blog.com/article-22083886.html

Écrit par : mamapasta | 22/08/2008

Répondre à ce commentaire

Bonjour ,
Bravo pour la diversité des sujets et l'approche jardin/recette ...
Je suis à la recherche d'un plan d 'ocimum tenuflorum (basilic perpétuel).
Sauriez-vous où je pourrais m'en procurer ?

Merci par avance.

Henri

Écrit par : Henri Moine | 11/05/2009

Répondre à ce commentaire

BASILIC PERPETUEL Bonjour Henri,

Je crois que vous faites confusion. Lorque l'on parle de l'espèce "ocimun tenuiflorum" (appelée aussi "ocimum sanctum", ou fort improprement "ocimum basilicum sactum"), il s'agit du basilic sacré indien, mieux connu sous le nom de TULSI.

Le "basilic perpétuel" désigne généralement, dans la langue vernaculaire, un espèce frutescente appelée "Ocimum kilimandscharicum".Il en existe bon nombre de variétés, tel le cultivar "Magic Mountain".

Si vous devenez membre de notre association (cotisation annuelle : 20 euros) vous pourrez recevoir gratuitement des graines d' "African blue" à l'automne (1 sachet + 11 sachets différents d'autres espèces de légumes oubliés ou remarquables, ou encore de plantes aromatiques).

J'attire votre attention sur le fait que le "basilic perpétuel" est très facile à bouturer et qu'il vous suffit de vous en procurer une bonne tige semi-ligneuse pour obtenir un plant.

Cordialement dévoué

Écrit par : José | 12/05/2009

Répondre à ce commentaire

Je te plébiscite pour le tulsi! Bises A

Écrit par : Apolina | 01/12/2009

Répondre à ce commentaire

ah ...ça fait plaisir de tomber sur des connaisseurs.

nul doute que le bon cuisinier est aussi cultivateur ...ne serait ce que pour bien comprendre les plantes et pour en tirer la fraicheur maximum & l'usage optimum.

simples amateurs, nous cultivons dans le potager une trentaine d'aromates dont du basilic: le commun à grandes feuilles, le pourpre et le thaï. Pour ce dernier trés odorant et qui ressemble à un arbuste, nous le rentrons aux 1ers froids pour qu'il embaume la maison tout l'hiver, nous procure constamment ses bienfaits et pouvoir le replanter au printemps.

d'ailleurs il semblerait que la plupart des basilics à petites feuilles soient vivaces ...mais que le froid signe leur fin de vie (est ce pour cela qu'on les surnomme vivaces éphémères ?)

nous avions tenté la variété citron sans succès (chétif).

de plus, le basilic est utile comme médicament, comme répulsif contre les mouches et les moustiques et comme plante compagnon, au pied des plants de tomates (idem avec asperges, poivrons et piments, aubergines et tous les légumes en général, thym).

pour "que les consommateurs soient mieux informés, conscientisés", rien de mieux que d'aller à la rencontre des producteurs - bio bien sur - de discuter avec eux de leurs cultures, engrais, traitements, besoins, ...voir de travailler chez eux comme bénévole ou en échange de plants ou légumes ...de développer son palais, de l'aiguiser ...de connaitre son corps ...et de finalement comprendre que l'aliment est un carburant, un médicament et un épanouissement.

il faut repenser son alimentation et par là même repenser sa manière de voir les choses.

un grand Bravo pour votre blog qui est beau, intelligent et utile.

Écrit par : jbx | 24/08/2011

Répondre à ce commentaire

Bonjour,

Je suis arrivé sur votre billet en cherchant des informations sur le basilic perpétuel. Malheureusement, les informations disponibles sur internet sont assez confuses, je serais donc très très intéressé par un article présentant les variétés méconnues de basilic, comment les reconnaître et les utiliser.

Dans tout les cas, merci pour vos articles très complets, j'ai appris bien des choses grâce à vous !

Écrit par : Sczeniksi | 15/10/2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.