07/09/2008

La "Jacques Lebel" : la vraie "pomme à beignets"

20080907 003 Pomme Jacques Lebel

La pomme "Jacques Lebel", qui ne paie pas toujours de mine, mais dont l'authencité du goût de sa chair blanche un peu sucrée, légèrement acidulée, tendre et juteuse à souhait font le meilleur des ingrédients pour la préparation de vos beignets, de vos tartes et de vos compotes

 

La "Jacques Lebel", la vraie "pomme à beignets" de nos grands-mères

La cueillette des pommes et des poires bat son plein. Je parle de vraies pommes, de variétés anciennes et rustiques produites dans nos vergers. Pas les quelques variétés nouvelles stéréotypées que l'on trouve toute l'année dans les hypermarchés, suremballées, résistantes au choc,  d'aspects et de formes suspectement parfaits ... bref, tout un ensemble de critères commerciaux appréciés des producteurs qui excluent malheureusement celui qui devrait être le premier de tous pour les consommateurs ... le goût authentique.

20080522 015

Ces pommes là ? Non, pas pour nous. Merci !

Les "pommes à caractère" du verger, elles, se récoltent dès le mois d'août pour quelques variétés précoces. Seuls ceux d'entre vous qui ont encore le bonheur de voir mûrir sur un grand arbre les petites pommes de la mi-août, ou qui ont gardé de leur enfance le souvenir du plaisir que l'on éprouve à croquer ces fruits-là, me comprendrons sans avoir besoin de se laisser convaincre. Le défaut commercial des pommes de la mi-août ? Elle ne se conservent que six semaines au maximum et n'acceptent pas le stockage réfrigéré. C'est typiquemment un produit de saison.

Dès le début de septembre, la cueillette d'une autre variété ancienne peut débuter. Celle de la "Jacques Lebel". Ces pommes-là peuvent se conserver jusqu'à la fête de Saint-Nicolas (6 décembre). C'est de ce cultivar que je voudrais vous dire quelques mots aujourd'hui.

Ce pommier doit son nom à celui de son obtenteur, un pépiniériste d'AmiensJacques Lebel - qui l'a obtenu par semis "chanceux" vers 1825. Rapidement, il gagne sa place dans les vergers de l'Amiénois et de la Touraine. Un bonne vingtaine d'années plus tard, juste au lendemain de la révolution de 1848 qui avait renversé la monarchie bourgeoise de Louis-Philippe, la commercialisation de ses fruits est entreprise à une grande échelle pour l'époque et franchit les frontières de l'Amiénois et de la Touraine d'abord, de la France ensuite.

Selon le lieu et l'usage, elle prend toutes sortes de noms différents, très évocateurs, comme "Pomme à beignets", "Grosse-queue", "Huileuse","Jakob". Certains l'assimilent encore aujourd'hui à la "Double des Vosges". C'est une confusion fréquente mais fort compréhensible. Si les pommes de l'une et l'autre variétés se ressemblent énormément, l'aspect de l'arbre lui-même est fort différent. Mais combien sont les gens qui - vivant aujourd'hui "hors-sol", selon l'expression humoristique de Pierre Rabhi - connaissent encore la forme de l'arbre dont ils mangent les fruits ?  Le "Jacques Lebel", qui est un grand arbre vigoureux aimant croître en plein vent et en pleine lumière, laisse  ses branches s'incurver vers le sol. Sa forme est beaucoup plus retombante - pleureuse presque - que celle de la variété "Double des vosges" avec lequel il est pourtant confondu sur d'autres critères.

Le "Jacques Lebel" est une variété type des anciens vergers, très vigoureux, à grand développement et fort productif. Un de ces pommiers qui - comme dans les images d'Épinal - nécessite une longue échelle et un grand panier pour la cueillette. Ah, nostalgie !

Au printemps, les branches poussent avec vigueur et verticalement. La floraison puis le feuillage sont abondants. Après la nouaison, le poids croissant des fruits incurve progressivement les branches érigées pour donner à l'arbre sa forme retombante caractéristique.

Les fruits sont relativement grands, de taille irrégulière. Leur forme est assez applatie, irrégulière au pourtour et au sommet. La couleur de la peau du fruit est variable; les fruits les plus exposés à la lumière et au vent se strient de rouge, tandis que ceux disposés au centre du feuillage conservent une couleur verte uniforme plaquée de fauve autour du pédicelle (= petit pédoncule). La conservation après la cueillette améliore les qualités gustatives de cette pomme.

Attention ! Si vous envisagez et pouvez vous procurer le plant d'un tel pommier chez votre pépiniériste, et si vous ne voulez pas être déçu par votre première récolte, vous devrez tenir compte que le "Jacques Lebel" appartient à une race triploïde (= à 3 lots chromosomiques au lieu de 2) et qu'il n'est pas autofertilisant. Pour avoir des fruits à profusion, - et Dieu sait s'il peut en donner ! - ,  il faut planter ce pommier à proximité de variétés telles que la "Reine des Reinettes", la "Keuleman" ou la "Transparente blanche".

Croquez des pommes de variétés anciennes, c'est plus savoureux et meilleur pour la santé. Préférez et plantez les arbres de ces varitiés chaque fois que vous le pouvez.

Bien pomologiquement vôtre,

José

20080907 001 Pomme Jacques Lebel

Commentaires

Une vraie mine d'or, ce blog. Je viens de temps en temps et je réalise que je n'ai encore mis aucun commentaire. Peut-être trop de choses à dire? Peut-être intimidée par tant de connaissance? Peut-être ... simplement trop absorbée en vous lisant pour penser à laisser un commentaire ... Soit! Voilà chose faite ...
Bizzz

Écrit par : Mamini | 07/09/2008

Répondre à ce commentaire

ah Pierre Rabhi!!! ça me rappelle des souvenirs d'enfance, qu'on était en vacances en Ardèche et qu'on achetait chez lui nos fromages de chèvre, au marché des Vans!
boudiou de boudiou, c'étaient les années 1970... et depuis je n'ai plus jamais trouvé d'aussi bons fromages de chèvre...

Écrit par : Adrienne | 08/09/2008

Répondre à ce commentaire

Comme j'adore les voir fleurir mes pommiers, voir les fruits grossir et après quelle délectation de les consommer à même l'arbre ! Mes galas sont en plein effort en ce moment !
Bises de la Vendée et merci pour ce moment de nostalgie

Écrit par : Mamounette | 12/09/2008

Répondre à ce commentaire

Bravo pour ce beau stand POMODORI à Haverskerque.... tant de bonnes choses simples.
J'espère que vous aurez trouvé mes 2 petites pommes assez goûteuses... ???? L'année prochaine j'y penserais plus tôt...Merci pour votre blog et votre dévouement à perpétuer ce savoir des bonnes choses naturelles.

Écrit par : piquerose62 | 14/09/2008

Répondre à ce commentaire

Pommes de la mi-août Un grand merci, Piquerose. Tes pommes étaient vraiment délicieuses et tu nous as touché par cette délicate attention. Je te confirme qu'il doit s'agir de la sous-variété "Sunrise".

On t'embrasse bien amicalement et espérons te revoir l'an prochain à Haverskerque.

Écrit par : Anne & José | 16/09/2008

Répondre à ce commentaire

pommier jacques lebel j'habite la région d'Amiens et je recherche ce pommier, ou puis le trouver?
cordialement

Écrit par : de barros | 08/04/2009

Répondre à ce commentaire

Jacques Lebel Des pommiers de cette variété amiénoise sont disponibles en Belgique chez ECOFLORA à Halle (voir lien direct vers le catalogue dans la marge de droite de ce blog), en haute-tige, demi-tige et basse-tige à racines nues. Mais je serais très étonné que vous ne puissiez en trouver chez un pépiniériste beaucoup plus près de chez vous, puisque Jacques Lebel était Amiénois.

Il me paraît déjà un peu tard pour planter des arbres à racines nues. Mieux vaudrait acheter un arbre en motte ou en container.

Bien cordialement

Écrit par : José | 08/04/2009

Répondre à ce commentaire

bonjour

il y en a un de dispo à villers campsart au prix très juste de 23€ (attention à la tva de margoulin si vous achetez plusieurs produits).

Écrit par : horda80 | 15/09/2011

Répondre à ce commentaire

Bonjour à tous
je possède un pommier jacques lebel acheté à dadiflor belgique, planté depuis 7 à 8 ans ,cet arbre ne fleurit qu'une année sur deux . dans la bonne année sa production est très abondante ,
que puis-je faire pour palier a cet inconvéniant, il est planté seul dans un jardin de ville.

Écrit par : borry | 14/04/2012

Répondre à ce commentaire

Bonjour,
chez moi j'ai 2 pommiers ancienes variétés plantés bien avant 1970
belle fleur double et Jacque Lebel,toujours de belles récoltes, un vrai
régal. Bonne journée à tous. R. F

Écrit par : Francois Robert | 13/11/2014

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.