06/10/2008

Vins de fruits : le VIN DE COING

A votre santé !

Vins de fruits :

LE VIN DE COING

 

Ce billet fait suite à celui que je consacrais vendredi à ce fruit extraordinaire qu'est le coing. (cf. http://lesjardinsdepomone.skynetblogs.be/post/6309981/le-...)

Après avoir été éclipsés pendant quelques dizaines d'années par les boissons alcoolisées commerciales, les vins de fruits, que l'on pourraient qualifier de "vins familiaux" font un retour remarqué par les gourmets. Parmi ceux qui en ont goûté un jour, qui s'en plaindra ? Et pour les autres, pourquoi ne pas en faire l'expérience ?

Lorsque l'on parle de "vin", on pense immédiatement à la vigne et au raisin. Et la fabrication de ce vin là, qui est à la fois art et science, s'élabore avec des soins multiples et jaloux. Des secrets de fabrication séculaires, des manipulations savantes adaptées à chaque région et à chaque cépage ... et un matériel imposant sont nécessaires à sa fabrication. On doit donc considérer qu'il est quasi-impossible pour un particulier de réaliser lui-même un vin de raisin dont la qualité et les caractéristiques se rapprocheraient tant soit peu de la noble boisson produite par les viticulteurs.

Mais il existe toute une série de vins de fruits que chacun peut assez aisément préparer lui-même avec fort peu de matériel et à peu de frais en  respectant quelques règles simples. Et je ne dis pas l'immense effet convivial que produit, dans une réunion d'amis, l'arrivée sur la table d'une de ces bouteilles de votre fabrication-maison !

Voici - sans exhaustivité et en ordre alphabétique - quelques fruits avec lesquels on peut fabriquer du "vin familial":

Airelle - Alise - Arbouse - Betterave rouge - Cassis - Cerise - Corme (le fameux "cormé") - Cornouille - Figue (la "figuette") - Framboise - Groseille - Mûre (le "moré") - Myrtille - Nèfle - Orange - Pêche - Prune - Prunelle - Rhubarbe (je vous en ai déjà communiqué la recette sur ce blog : cf. http://lesjardinsdepomone.skynetblogs.be/post/5852873/la-...) - Sureau (mais oui, je pense à toi avec tendresse, Fabienne! cf. http://savoureusesaveur.canalblog.com/), ...

Mais parlons aujourd'hui uniquement du vin de coing. Ce billet est bien sûr pour vous tous, mais je le dédie aussi tout spécialement à l'érudite Labelga (http://www.leafy-cooking.blogspot.com), qui manie la langue de Shakespeare avec un raffinement académique, et à mon grand ami Mark "le brusseleir" (http://passion-cuisine.skynetblogs.be/) qui par son tempérament joyeux, sa générosité et son franc-parler s'est imposé comme un des plus puissants moteurs de ce groupe des blogueurs-blagueurs-noceurs que Fabienne à malicieusement appelé "les écaviens".

En gastronomie, le vin de coing bien préparé peut accompagner dignement et génialement le foie gras, les cailles farcies au chou ou les "boutons de culotte" (tranches chaudes d'un buchette de fromage de chèvre accompagnées d'une salade composée et nappées de miel) .

 

Recette du vin de coing

 

Ingrédients

10 l d'eau (ça commence soft !)

5 coings de belle taille

1 kg de sucre blanc

10 cc d'eau- de-vie blanche

5 gr de gros sel marin

1 clou de girofle

3 gr de levure de bière

 

Préparation

Choisissez des fruits bien mûrs. Lavez-les soigneusement.

Coupez-les en deux dans le sens de longueur pour en exciser facilement le coeur (semblable à celui d'un poire). Débitez la chair des fruits en morceaux avec leur peau.

Faites cuire les morceaux de fruits dans une grande casserolle en les couvrant d'eau. La cuisson doit être poursuivie jusqu'à ce qu'ils soient parfaitement mous.

Broyez les fruits au pilon pour bien les écraser. Laissez reposer pendant 24 heures.

Pressez la pulpe pour en recueillir tout le jus, que vous filtrerez ensuite deux fois au torchon.

A part, délayez la levure dans un peu d'eau tiède avec le clou de girofle.

Dans un fût (un jerrican en matière plastique peu parfaitement faire l'affaire si le goulot est suffisamment large !), versez ce mélange eau tiède-levure-girofle, ajoutez le jus des coings, le sucre et le sel marin. Complétez le remplissage avec 10 litres d'eau.

Laissez fermenter le mélange pendant plusieurs jours à "bondeouverte". Lorsque la fermentation est terminée et que l'écume ne déborde plus du fût, soutirez le vin de fruit dans un second fût impeccablement propre. Ajoutez l'eau-de-vie blanche et fermez hermétiquement la bonde. Stockez en cave fraîche.

A présent, armez-vous de patience ! Votre fût devra reposer pendant au moins 3 mois avant que vous puissiez soutirer en bouteilles. Bien remplies, ces dernières devront être bouchée soigneusement et les goulots devront être solidement muselés avec du fil métallique.

 

Si vous vous lancez dans ces opérations au mois d'octobre (celui de la récolte des coings) vous pourrez enfin dégustez le premier verre de votre vin-maison à la chandeleur (2 février 2009). J'attendrai jusque là pour savoir ce que vous en pensez. A votre santé !

 

(*) On appelle "bonde" le trou percé dans un tonneau pour pouvoir le remplir. Mais la pièce de bois qui servait jadis à obturer ce trou était également appelée "bonde".

 

 

A votre santé ... hips !

 

José 

 

Commentaires

Si je comprends bien, c'est un vin pétillant? Ca semble très faisable. Merci José pour cette recette! Bises

Écrit par : Apolina | 06/10/2008

Répondre à ce commentaire

très instructif ce post, je vais si cela est possible chez moi car j'ai furieusement envie de me lancer

Écrit par : diane | 06/10/2008

Répondre à ce commentaire

José, J'ai bien envie d'essayer, mais il me faut un peu de matos. J'ai gouté le vin de coing de Roissin à la foire dimanche. Il est superbe, pas trop sucré, mmmm merveilleux.
Et as-tu gouté leur vin de fraises. Je te le conseilles.

Écrit par : mark | 06/10/2008

Répondre à ce commentaire

Voilà un de mes prochains projets: le vin de fruits. Et à mon avis, ces vins-là ont une saveur toute particulière: le goût de l'amour qu'on ajoute dans ses produits maison, en pensant au plaisir futur de ses convives.
Belle semaine à vous deux!
Bizzz
http://cuisine-de-mamini.skynetblogs.be

Écrit par : Rose | 07/10/2008

Répondre à ce commentaire

Dommage cette année peu de fruits, mais je me la met en réserve, il y aura des jours meilleurs pour jouer aux 4 coings !

Écrit par : eleonor | 08/10/2008

Répondre à ce commentaire

je file voir le post de vendredi car je viens de terminer de la gelée de coings et ma pâte de fruits sèche !
Par contre, il me reste quelques coings pas trop murs qui pourraient bien finir en vin ..hélas, jusqu'a prsent les vins de fruits que j'ai essayés sont imbuvables ...beurk je dois pas être douée !

Écrit par : digitale | 08/10/2008

Répondre à ce commentaire

je ne connais pas très bien ce fruit et les explications sont toujours au top merci !
Le vin faut attendre longtemps sniffff meme pas une tite goutte pour le foie gras de noel ?
bises de la Vendée

Écrit par : Mamounette | 09/10/2008

Répondre à ce commentaire

recette de vin de coings Le recette n"est pas pour un vin mais pour un ratafia car il n'y a pas de fermentation Le vin est le produit d'une fermentation l'ajout d'alcool tue

Écrit par : De Saint Moulin | 18/11/2008

Répondre à ce commentaire

Je m'y mets cette année...

Petite précision pour Saint Moulin en puriste :
un ratafia est une mistelle c'est à dire un jus avec de l'alcool ajouté.
Ici le procédé s'apparente au "mutage" des vins doux naturels (muscat, banyuls, maury, porto...) : on laisse le jus de fruit fermenter un certain temps, puis on tue les levures par ajout d'alcool. Dans le cas des vins doux, on le fait en cours de fermentation afin qu'il subsiste du sucre du raisin qui ne soit pas transformé en alcool.
Pour cette recette, notre ami, laisse la fermentation se faire jusqu'au bout et l'alcool joue sans doute un rôle stabilisateur.

Etant brasseur amateur à mes heures, je conseille à tous une asepsie maximale lors de la fabrication. Utilisez les pastilles de stérilisation de biberons. Ces "vins" sont super sensibles.

En tout cas, je vais bien m'amuser ! Merci José

Écrit par : J-Yves | 10/10/2010

Répondre à ce commentaire

saint moulin,que je connais,a raison le vin de coing doit se faire par fermentation du jus pur apres ajout de sucre et de levures sélectionnées spéçifiques pour vins de fruits ,pas du boulanger! en outre,apres avoir controlé l'açidité la teneur en sucre. bref ce vin est tres diffiçile a réaliser pour des néophytes ,toutes fois s'ils se contentents de leur recettes qui ne doivents pas être mauvaises a votre santé,pour ceux et celles qui veulent vraiment savoir faire du bon vin et qui habithent la région de charleroi contactés moi

Écrit par : doyen gilly | 13/03/2011

Répondre à ce commentaire

Salut à tous,
Je voudrais essayé de faire du vin de santol (un fruit tropical d'où je suis). Je pense que je pourrais appliqué le procédé du vien de coing mais je ne suis pas sure de pouvoir trouvé de leau de vie ici. Est il possible de coupé la fermentation avec un autre alcool?

Écrit par : perrine | 15/06/2011

Répondre à ce commentaire

Bonjour José, Bravo pour votre site et sur tous ces commentaires sur les coings.
J'aimerais recevoir les recettes des boissons que l'on peut obtenir avec les coings.
D'avance merci et vraiment merci pour votre site qui est super !
Maud

Écrit par : Maud | 13/09/2011

Répondre à ce commentaire

JE VIENS JUSTE DE DECOUVRIR CE SITE QUI ME SEMBLE TRES INTERRESSANT A LA SUITE D'UNE RECHERCHE DE RECETTE DE VIN DE CORNOUILLES .....QUELQU'UN A UNE RECETTE?merci,isabelle

Écrit par : redelberg | 17/09/2011

Répondre à ce commentaire

bonjour je viens de commencer votre recette mais en multipliant les proportions par 5 car j avais trente beau coing .mais je trouve un peu galère pour presser autant de coing alors c est pour ça que j ai laisser pendant tout une semaine la pulpe avec la levure , l eau ..... en tout les merci car je trouve votre recette super bien avec de tres bon conseigne

Écrit par : billou | 25/09/2011

Répondre à ce commentaire

recette

Écrit par : aurore | 28/09/2011

Répondre à ce commentaire

Bonjour
J'ai fais cette recette l'an dernier et catastrophe(pas de gout ,pas d'odeur , presque de l'eau plate)
un ami l'a faite cette année (pas de gout ,pas d'odeur , presque de l'eau plate) DONC NE PAS SUIVRE CETTE RECETTE A LA LETTRE et faire comme moi cette année:
garder l'eau de cuisson des coings et la mélanger avec le jus pressé des coings et ensuite le plus important c'est la quantité d'eau ATTENTION PAS 10LITRES MAIS 1LITRE et vous aurez un jus rosé qui pétillera pour la chandeleur.
slts

Écrit par : jluc | 12/11/2011

Répondre à ce commentaire

Bonjour,

Cette recette est suculente, toutefois peut-t'on conserver les pulpes des coings ou au contraire les jeter ?
EN VOUS SOUHAITANT UNE HEUREUSE ET UNE BONNE-ANNEE 2013.
Nous vous envoyons nos meilleures salutations.
P.A.

Écrit par : EGGER | 30/12/2012

Répondre à ce commentaire

salut,je vien de lire la preparation de ce recette de coing.Mais comme je peut trouver sans difficulite les betterave rouges.puisque j'en suis cultivateur ayez le bienvouloir de me dire comment on prepare le vin de betterave.

Écrit par : MUNYARUSENYI Faustin | 18/04/2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.