30/10/2008

Recette : Cardons farcis, salade de carottes à la marocaine

 

20081030 001

 

Cardons farcis, salade de carotte à l'orange et aux pignons

 

Comme promis, voici une recette simple et délicieuse que je vous propose pour illustrer la cuisine du cardon, ce légume de saison qui fait son grand retour dans nos assiettes et que José vous a présenté hier sur ce blog. Il s'agit de "cardons farcis" cuits au four selon une recette inspirée et adaptée de Fatéma Hal, l'incontestable reine de la cuisine marocaine à Paris, où son restaurant "El Mansouria" ne désemplit jamais de gourmets enthousiastes. J'ai eu le plaisir de la rencontrer avec Marielleau mois de novembre 2007 à Bruxelles, et lui adresse ici mon souvenir le plus amical. 

 

Ingrédients

1 kg de cardons nettoyés bien tendres

400 gr de viande hachée

1 botte de persil plat

1 oignon

1 citron non traité

1 litre et demi d'eau

1 c à c de sel +  sel d'assaisonnement de la farce

2 oeufs

1 c à c de "Quatre épices"

1 c à c de poivre

5 c à S d'huile d'olive

1 c à S de beurre

Quelques petits cure-dents en bois

Pour la cuisson en "blanc-bouillon" prévoir une cuillère à soupe de farine délayée dans 3 c à S d'eau. Versez ce mélange dans l'eau bouillante avant d'y plonger les cardons.

 

Préparation

Lavez et hachez le persil. Epluchez l'oignon et hachez le finement. Pressez le citron.

Dans un casserolle, mettez l'eau, 1 cuillère à café de sel et faites bouillir. Ajoutez le jus de citron et la préparation de blanc-bouillon.

Épluchez-les et ôtez les fils. Otez également la fine "peau" qui recouvre le côté creux. Coupez-les en morceaux de 8 cm de long et plongez les dans l'eau citronnée bouillante. Laissez-les blanchir 25 minutes environ puis égouttez-les.

Pendant, ce temps, préparez la farce. Dans un saladier, mélangez la viande hachée, les oeufs battus, l'oignon haché, le reste du sel, les "quatre-épices" et le poivre.

Mélangez bien puis formez des petits rouleaux de 7 cm de long et placez-les dans la partie creuse des cardons. Utilisez un autre cardon comme couvercle et piquez un cure-dent pour maintenir l'ensemble. Poursuivez jusqu'à épuisement de la farce. (Avec un kilo de côtes de cardon, vous obtiendrez environ 12 portions, soit 3 par convives)

Préchauffez votre four à 210°C (thermostat 7). Beurrez un plat allant au four. Disposez-y les cardons farcis, puis nappez-les avec un peu d'huile d'olive. Enfournez le plat et faites cuire pendant 35-40 minutes.

Servez chaud, par exemple avec une salade de carottes à l'orange en accompagnement.

 

Salade de carottes à l'orange et aux pignons

Râpez 5 carottes; pressez deux oranges. Mettez le tout dans un saladier, mélanger et ajoutez-y 20 gr de pignons de pin, 1/2 c à café de cannelle, 1 c à soupe d'eau de fleur d'oranger. Mélangez à nouveau et disposez sur assiette dans un emporte-pièce.

 

Bon appétit !

Anne

 

20081030 004


20081030 003
 

 

 

29/10/2008

Légumes oubliés : le grand retour du CARDON !

Cardon, Fatema Hal

Cette variété de cardon géant nous vient de Toscane ... Parmi les variétés inermes, elle peut justement être considérée comme une des meilleure en cuisine.

Légumes anciens :

 

 

Le grand retour du CARDON

 

 

Ce légume, tant par l'aspect que par le goût, est un proche parent de l'artichaut. Il ressemble à bien des égards à leur ancêtre commun, le chardon, dont il est une forme géante avec des pétioles larges et charnus.

De nos jours, il existe deux types de cardons :

Les variétés du premier type - les plus primitives - sont couvertes d'épines parfois redoutables. Paradoxalement, ce sont ces variétés qui sont les plus appréciées des gastronomes.

Parmi ces variétés du type primitif, deux cultivars sont bien connus des gastronomes pour leurs pétioles ( = cardes)  charnus et épineux, appelé côtes :

Le Cardon de Tours

Le Cardon Argenté de Plainpalais

Outre ces variétés à épines, la sélection horticole a permis d'obtenir progressivement des cultivars dépourvus d'épines, qualifiés d' "inermes" :

Le Cardon Plein blanc inerme

Le Cardon Rouge d'Alger

Le Cardon Vert de Vaulx-en-Velin

Le Cardon géant Gobbo di Nizza Monferrato

 

Dans la cuisine du Mahgreb et de l'Égypte, nous possédons de nombreux témoignages écrits qui attestent qu'il s'agit d'un légume traditionnel fort ancien.

Sauf dans le Valais, le canton de Vaud, la région genevoise, le Lyonnais et le Nord de l'Italie, le cardon est un de ces nombreux légumes tombés longtemps en désuétude. Il est actuellement remis à la mode par de grands cuisiniers qui ont mieux "compris" l'ingrédient, son goût fin, délicat et ... authentique. Véritable légume-santé, les diétiticiens avalisent chaudement sa consommation. Pas étonnant que la demande commerciale explose depuis deux ans.

Le cardon  (Cynara cardunculus, Linné) est une plante vigoureuse de la familles des astéracées ( ou composées). Bien que ce soit une plante vivace, elle n'est généralement cultivée que comme annuelle ou bisannuelle.

Sa sève a un aspect laiteux et un goût amer que l'étiolement (= priver de lumière, pour obtenir le blanchîment et l'attendrissement des cardes), pratiqué 3-4 semaines avant la récolte fera disparaître.

Ses grandes feuilles pétiolées, nervurées, vertes par dessus et duveteuses par dessous, sont largement découpées en lobes, dotées de côtes très épaisses et charnues. Les variétés rustiques portent sur le rebord des feuilles des épines courtes mais coriaces; les autres variétés sont dites "inermes", c'est-à dire qu'elles sont dépourvues d'épines.

 

 

 

20081025 004 Cardon

 


 

Ces variétés inermes - d'introduction relativement récentes - font bien entendu mentir aujourd'hui le vieil adage de nos aïeux : "Il n'y a pas de bon cardon sans épines", qui avait aussi un sens figuré.

 

 

20081025 015 Cardon

 

 

La deuxième année de croissance, l'inflorescence fait son apparition sur des tiges grêles s'élevant à plus d'un mètre au dessus du sol. Elle est formée de fleurs violettes regroupées en capitule à involucre ( - une "enveloppe" qui les réunit sur une même base. Pensez à un fond d'artichaut !)

 

 

20081019 124 Cardon

 

Le cardon se plaît en plein soleil et demande un sol humifère et profond. On le sème en place au printemps, dès que les gélées ne sont plus à craindre. Il faudra respecter une distance de 80 cm minimun entre les plants, faute de quoi ils ne pourront prospérer.

A partir de la mi-août et jusqu'aux premières gelées, il faudra "blanchir" les pieds, soit sur place, soit en les récoltant "en mottes" pour les placer dans un local obscur. Cette opération rendra le légume tendre et en fera disparaître l'amertume.

 

 

20081025 017 Cardon

 

Le blanchîment des pieds en place s'effectue soit par un buttage vigoureux, soit par enserrement des pétioles en les nouant par le sommet. (On peut aussi - et c'est de plus en plus fréquemment le cas - les enserrer dans du film plastique de couleur foncée. Personnellement, je n'aime pas cette dernière méthode, et je ne la pratique pas ... pour des raisons que je ne peux pas développer ici. Mais il est vrai que personnellement, je ne dois pas "gagnez ma vie" en vendant mes légumes, ce qui modifie totalement ma manière de cultiver.)

 

Le cardon et notre santé

Le cardon est riche en inuline, un sucre assimilable sans nuisance par les diabétiques. Il renferme en outre un précieux mucilage, qui lui confère des vertus laxatives et rafraîchissantes. Ses sels minéraux, ses glucides sont intéressants pour notre santé. Il contient en outre de la cynarine, un principe amer dont on a découvert au début de XXème siècle le pouvoir épurateur du foie. C'est ainsi que le cardon peut à la fois servir de légume de fêtes et de légume d'après- fêtes. Ce n'est pas par hasard qu'il se consomme - dans bien des régions - à la Noël.

 

Le cardon en cuisine

On coupe les côtes du cardon en tronçons pour en ôter les fils (aussi la pellicule qui recouvre la face creuse, qui s'enlève d'ailleurs très facilement) -, comme on le ferait pour les branches de céleri ou de rhubarbe -, puis on plonge les morceaux dans de l'eau citronnée pour éviter qu'il ne noircissent.

 

20081025 009 Cardon


 

 

La cuisson des cardons s'effectue dans un "blanc-bouillon", c'est à dire dans de l'eau citronnée bouillante à laquelle vous aurez ajouté un peu de farine préalablement délayée. Laissez ébouillanter pendant 20 à 25 minutes. Cuit de cette manière, le cardon révélera mieux tout la délicatesse de sa saveur. Les tronçons pourront alors d'être servis nature avec une noisette de beurre ou arrosés avec du jus de viande, ou encore accommodés aux fines herbes de votre choix. Ils accompagnent indéalement les viandes blanches.

Classique des classiques dans le monde des gourmets, on prépare également le cardon à la moëlle (mais, depuis la crise de la "vache folle", il est de plus en plus difficile d'en trouver en ville avec une bonne garantie sanitaire), frits en beignets, en gratin ou à la grecque.

Anne m'a promis de vous communiquez dans son prochain billet, sa recette de cardons farcis. Moi, j'adore ! Vous m'en direz des nouvelles ...

Bien chlorophyllement dévoué,

José

 


 

20081025 003 Cardon
 

 

 

20:22 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (55)

27/10/2008

Caramel de BANANE à la vanille

20081026 003

 

Caramel de BANANE à la vanille

 

Je ne sais pas si c'est la même chose chez vous, mais ici, les bananes, on les mange par périodes. Un jour ma petite famille en consommera allégrement une demi-douzaine, un autre jour il y en aura une demi-douzaine qui se morfondront sur le plat de fruits. Dans ce dernier cas, il serait dommage de devoir jeter ces fruits pour avoir attendu trop longtemps avant de les consommer.

Hier, j'aperçois dans un panier quelques bananes bien mûres qui attendaient d'être fixées sur leur sort. L'idée de devoir les éliminer dans 2 ou 3 jours maximun me faisait mal au coeur. Alors, je décide subitement de les utiliser pour une réalisation impromptue avec fort peu d'ingrédients : un caramel de banane.

Ce caramel de banane peut remplacer avantageusement le célèbre, l'incontournable "n*u*t*e*l*l*a*", dont la composition annoncée par son fabricant nourrit ... mes appréhensions. Que doit penser le consommateur lorsque la composition d'un produit mentionne simplement "huile végétale", sans autre précision ? Cette "huile végétale", ne serait-ce pas de l'huile de tournesol "ukrainienne" de Lesieur ? Pour en savoir plus, relisez le billet que mon José a consacré à la dénonciation de ce scandale :

"Chuuttt, Monsieur le Président, tout baigne dans l'huile ... frelatée ! N'effrayez surtout pas les consommateurs, nos actions pourraient plonger en bourse !"

Avec mon caramel de banane, la question ne se posera plus ! J'y vais.

 

Prép. 10 min  - cuisson +/- 4 h

Ingrédients

(Pour 5 pots de 210 ml)

3 bananes
2 boîtes de lait concentré sucré (2 x 397 ml) d'une marque bien connue !
1 gousse de vanille

 

Préparation

Dans un bol, écrasez la chair des bananes. Réduisez-la en purée au moyen d'un mixer (à main).
Passez la purée obtenue au tamis.
Mélangez les deux boîtes de lait concentré sucré avec la purée de bananes.
Coupez la gousse de vanille en deux; grattez l'intérieur avec un couteau.
Incorporez les grains noirs dans la préparation. Bien mélanger.
Répartissez la purée obtenue dans des pots propres et secs.
Fermez-les bien.
Placez un linge en coton dans le fond d'une grande casserole; remplissez-la avec beaucoup d'eau. Amenez à ébullition.
Prenez soin de bien fermer vos bocaux avant des les plonger dans l'eau bouillante. Laissez cuire pendant +/- 4 h.
En cours de cuisson, le caramel doit prendre une couleur fauve.
Faites refroidir vos bocaux, placez-les au frais pendant 2 jours avant de déguster, par exemple sur une tranche de brioche "maison".
Cette préparation se conserve pendant 3 mois au frigo.

Bonnes brioches et à bientôt !

Anne

20081026 002

 

 

23:20 Publié dans CONSERVES | Lien permanent | Commentaires (16)

24/10/2008

Risotto au chianti, aux cèpes et à pancetta

Recettes :

Risotto au chianti, aux cèpes et à la pancetta

Ce risotto est servi aussi bien en automne, ou en hiver, deux saisons où un cuisine un peu plus "riche" est appréciée.
Pour un risotto bien réussi, ne le laissez pas cuire trop longtemps car il deviendrait pâteux.
Le risotto au vin rouge offre une étonnante combinaison de saveurs.
La douceur des champignons, du fromage et le goût fumé de la pancetta rendent cet plat inoubliable. L'essentiel consiste à faire réduire le vin au maximum pour diminuer se teneur en alcool ainsi que son acidité.

Ingrédients
 
pour 4 personnes
 
500 gr de riz arborio
200 gr de cèpes finement hachés
2 beaux cèpes entiers (pour la déco)
75 gr de pancetta finement hachée
1 oigon rouge finement haché
4 c à S d'huile d'olive + 1 c à S pour la cuisson des cèpes de garniture
25 cl de bon chianti
1,5 L de bouillon de poulet chaud
100 gr de parmesan fraîchement râpé
2 c à S de persil plat frais haché
sel, poivre du moulin

Préparation
 
Chauffez la moitié de l'huile dans une grande sauteuse, ajoutez-y la panchetta; faites revenir jusqu'à ce qu'elle rende sa graisse,  puis ajoutez l'oigon et les cèpes hachés. Sur un feu doux laissez encore cuire 5 minutes.
Incorporez le riz, laissez le cuire 1 à 2 min. jusqu'à ce qu'il devienne opaque.
Ajoutez le chianti, portez ce mélange à ébuliton jusqu'à absorbtion du jus.
Ajoutez une louche de bouillon chaud et laissez frémir en remuant jusqu'à absorption complète. Continuez à ajouter du bouillon louche par louche; réservez-en 2 louches.
Le riz doit être moelleux (comptez +/- 15 à 18 min).
Ajoutez le restant d'huile d'olive et tout le parmesan.
Goûtez et assaissonnez de sel et de poivre.
Coupez en lamelles les deux cèpes que vous aurez préalablement brossés (ne pas laver les champignons, cela les rend spongieux). Mettez une cuillère à soupe d'huile dans une poêle et faites y revenir les tranches de cèpes.
Pour finir, incorporez le reste du bouillon dans le risotto, couvrez et laissez frémir pendant 5 min.
Transférez le risotto dans une large saladier chaud et parsemez de persil plat haché.
Garnissez avec les tranches de cèpes rôtis et servez aussitôt.
 

23:48 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0)

TONDA DI CHIOGGIA : on a craqué pour une BETTERAVE

20081019 152 Betterave

 

 

"TONDA DI CHIOGGIA" : on a craqué pour une BETTERAVE !


 
En cuisine, tant à la maison qu'au restaurant, le succès de la betterave rouge ne se dément pas ces dernières années, et sa consommation est même en forte augmentation . Mais sa chair très foncée avec un arrière-goût plus ou moins terreux selon la variété, ne plaît pas à tout le monde, surtout chez les enfants.

Anne et moi apprécions fort la betterave crue, découpée en tranches très fines ou râpées. Pour cette utilisation, les betteraves classiques - rouge foncé et rondes - disponibles chez le légumier, ne sont pas - à notre avis - les plus adéquates.

 

20081019 146 Betterave

 

Passionnément soucieux  de biodiversité alimentaire potagère, nous avions donc opté depuis plusieurs années, pour une très ancienne variété de betterave rouge, la "Crapaudine", réputée pour son bon goût certes, mais presque jamais commercialisée. Contrairement à la majorité des autres betteraves rouges, la racine de cette variété n'est pas ronde, mais bien allongée et irrégulière à la manière d'une betterave sucrière. Rouge foncé également, sa chair laisse cependant apparaître un très léger marbrage blanc. A table, cette variété consommée crue plaisait généralement beaucoup à nos amis, même à plusieurs d'entre eux qui croyaient en arrivant ne pas aimer la betterave potagère.

Cette année, nous avons mis en culture une nouvelle variété, la "Tonda di Chioggia" ou "Ronde de Chioggia". Au potager, cette variété italienne est réputée plus sensible à sécheresse que ses cousines. Mais avec l'été pluvieux et sans canicule que nous avons connu cette année, pas de problème donc pour la bonne croissance de la "Tonda di Chioggia". Et la récolte est abondante.

 


20081019 150 Betterave
 

Lorsque nous l'avons goûtée pour la première fois en septembre dernier, nous avons véritablement "craqué" pour cette betterave, d'une part en raison de son bel aspect original, et d'autre part pour ses qualités de structure et de goût. En crudité, la "Tonda di Chioggia" n'a pas d'égale .. sauf la "Crapaudine", plus banalisée cependant à cause de sa couleur rouge foncé. Allons ! vous les créatrices de petits plats merveilleusement dressés, imaginez un peu quel parti vous pourriez tirer de cet ingrédient agréablement décalé d'aspect et de goût !

Si vous en avez la possibilité, faite l'expérience, la "Tonda di Chioggia" en vaut vraiment la peine. Foi de jardinier gourmand ...

 

Bien chlorophyllement et gastronomiquement vôtre,

José

20081019 153 Betterave

23/10/2008

Plantes aromatiques : la VERVEINE ODORANTE

20081019 141 Verveine odorante
 

 

Plantes aromatiques :

 

La VERVEINE ODORANTE

 

Les plus attentifs d'entre-vous auront bien remarqué que dans la recette de dessert qu'Anne vous à proposé lundi dernier (Crumble aux coings, aux pommes et aux noix) ma cuisinière attitrée avait utilisé de la verveine, notamment comme substitut de l' Izarra vert préconisé par Mark de Passion Cuisine.

Lorsque nos parents, nos amis ou des groupes scolaires viennent en visite dans nos potagers, ils se montrent très souvent séduits en découvrant le puissant parfum agréablement citronné qui émane du feuillage de cet abrisseau originaire de l'Amérique tropicale (Argentine, Chili, Paraguay, Pérou...), et nous interrogent enthousiastement à son propos. C'est que l'arôme de la verveine odorante plaît beaucoup à ceux qui le découvrent, sans qu'ils sachent exactement quels usages ils pourraient faire de ses feuilles. C'est à ceux-là que je dédie ce billet.

 

Verveine odorante 06

Plantations de verveine odorante au Paraguay.  La culture de cette plante est un enjeu économique sur ses lieux d'origine, parce qu'elle sert notamment en parfumerie et dans la fabrication de l'eau de Cologne.

Pour dissiper deux confusions fréquemment induites par les noms utilisés, je précise, avant de développer ce billet, que la verveine odorante n'a rien à voir - ou presque - avec la verveine officinale; et que son nom vernaculaire de "citronnelle" ne doit pas donner à penser qu'il s'agit de "mélisse citronnelle", plante aromatique à la saveur également citronnée mais botaniquement tout à fait distincte.

La verveine odorante est un petit arbuste aux tiges ramifiées et à feuillage persistant qui peut atteindre 2-3 m de hauteur dans ses régions d'origine.  Chez nous, cette plante vivace non rustique cultivée dans de bonne condition - et mise à l'abri en hiver - ne dépassera pas le mètre. Les feuilles, étroites,allongées et non dentelées se terminent en pointe.

Elle appartient à la famille des verbénacées et porte souvent d'autres noms vernaculaires français comme : aloyse citronnée, citronelle, herbe Marie-Louise, verveine citronnéeverveine des Indes, ...  Pour les botanistes, elle est décrite sous plusieurs noms scientifiques latins tels que Aloysia citriodora Ortega, Aloysia triphylla Britton, Lippia citriodora Humbolt, Bonpland et Kunth, Lippia triphylla L'Héritier de Brutelle, Verbena citriodora Cavanilles, Zapania citriodora Lamarck. Vous constaterez que la variété a été fort multiplement décrite depuis la seconde moitié du XVIIIème siècle.

 

 

Un brin d'histoire

L'arrivée de la verveine en Europe, et plus spécialement en France, est l'oeuvre du naturaliste Joseph Dombey (1742-1792) , un Mâconnais que le ministre Turgot chargea en 1777 de prendre part à une expédition au Pérou et au Chili en compagnie de plusieurs confrères espagnols, à la tête desquels figuraient les ambitieux Hipólito Ruiz Lopés (1754-1815) et José Antonio Pavón (1754-1840).

La vie de Dombey ne fut pas "un long fleuve tranquille". Et la gloire posthume de ce savant presque oublié n'est pas à la hauteur de ses contributions à la science botanique. Très compétent mais - à l'inverse de ses confrères espagnols - peu soucieux d'honneur et de gloire, il remplit sa mission avec zèle et probité. Après avoir rassemblé une prodigieuse collection de plantes pendant 7 ans, il se réembarqua pour l'Europe avec de précieuses notes et des trésors végétaux afin d'aller faire rapport à son ministre. Ses confrères espagnols, eux, restèrent sur place pendant 3 ans encore, masquant mal la jalousie qu'ils éprouvaient pour leur homologue français. Ils lui avaient cependant soutiré facilement avant son départ la promesse qu'il ne publierait rien sans eux des  études scientifiques de l'expédition avant leur propre retour sur le Vieux-continent.

 

Verveine odorante 05

 

Lorsqu'il débarqua dans le port de Cadix, le brave Dombey se fit brutalement confisquer par les Espagnols - officiellement, au profit du roi Charles III (1716-1788) - l'essentiel des précieuses collections qu'il avait rassemblées. Homme d'honneur, il respecta malgré tout sa promesse et ses travaux ne furent pas publié de son vivant. (Le botaniste L'Héritier de Brutelle se chargea de l'édition posthume.) Dombey avait néanmoins pu sauver des mains des Espagnols un précieux herbier personnel, qui est aujourd'hui encore une fierté du Museum national d'Histoire naturelle, à Paris.

Dombey a le mérite d'avoir été le véritable introducteur de la verveine odorante, du quinquina  et de bien d'autres plantes dans l'Hexagone en 1784.  (La fin de sa vie fut tragique. Reparti en 1793 pour une mission scientifique aux États-unis, son bâteau fut abordé dans les Antilles par des corsaires, qui le laissèrent mourir en captivité dans l'île de Monserrat . Il n'avait que 52 ans.)

Plante devenue rapidement à la mode dans les jardins, son parfum fut sublimé par les auteurs romantiques du XIXème siècle, tel Alfred de Musset qui la célèbra en vers dans son poème "Sylvia" (1854) :

"A côté d'un brin de verveine,

Dont le parfum vivait à peine ..."

 

 

 

 

La verveine odorante en cuisine

Seules les feuilles - et parfois les fleurs fraîches - sont utilisées. Comme aromatique, la verveine peut entrer dans la préparation de nombreux plats cuisinés.

 

Verveine odorante 03

Dans nos régions, la verveine odorante ne fleurit qu'en septembre-octobre. Si vous appréciez la cuisine des fleurs, n'hésitez pas à les consommer fraîches. 

 

L'utilisation la plus simple - et déjà ravissante - c'est d'ajouter (avec parcimonie) quelques  feuilles ciselées de verveine odorante dans vos salades.

Les feuilles fraîches ou séchées (on en trouve ces dernières dans une qualité supérieure chez Izraël à Paris et chez Desmecht à Bruxelles), finement découpées valorisent les sauces citronnées, les marinades, le poisson , les desserts (glaces, salades de fruits, sorbets ...), bref toutes les préparations qui s'accomodent harmonieusement d'un goût citronné appuyé. Je laisse à votre créativité culinaire de déterminer quelles seront les préparations les plus plaisantes pour vos invités.

En outre, vous pouvez utiliser la verveine odorante pour parfumer vos huiles et vos vinaigres spéciaux.

Enfin, la verveine odorante fait merveille dans les limonades-maison, les liqueurs (comme la "Verveine de Velay") ou simplement servie chaude en infusion. (Je vous en reparle ci-après en abordant les propriétés thérapeutiques de la verveine). 

 

 

 

Usage thérapeutique de la verveine odorante

 

Les huiles essentielles de la plante contiennent du citral, du géraniol et du nérol qui lui confèrent son parfum spécifique ainsi que de nombreuses propriétés antispasmodiques, carminatives, digestives et. hépatiques.

L'infusion apportent un grand soulagement dans les cas de crises de foie dues à un repas trop copieux (Pensez-y après les réveillons ou après une furie boulimique de chocolat), de mal-au-ventre avec migraines digestives, de flatulence, d'indigestion ... Consommée froide ou chaude, seule ou avec de la menthe et du miel, l'infusion de verveine odorante permet de combattre les états d'anxiété et d'insomnie.

C'est une plante aromatique douce que les enfants peuvent consommer sans crainte. On ne lui connaît pas de contre-indication. Quelques auteurs font cependant état de troubles gastriques possibles en cas de consommation excessive.

 

 

 

 

Bien aromatiquement vôtre,

 

José

 

 

Verveine odorante 04

22/10/2008

COINGS, PÂTES DE COING ET COTIGNAC

Cotignac d'Orléans - Confiseur B. Gouchault (lepaysdalentour.fr)

 Pâtes de fruits :

Coings, pâtes de coings et cotignac

 inter

Il me revient de tous côtés que vous avez été nombreux cette année à récolter ou acheter des coings ... et je me réjouis bien entendu du retour remarqué de ce fruit ancien dans nos cuisines et sur nos tables.

Mais le fait qu'il soit réapparu avec une certaine force sur le marché semble avoir suscité quelques achats impulsifs chez certain(e)s d'entre vous, qui se demandent aujourd'hui avec une pointe d'inquiétude "Que vais-je faire de mes coings ?"

er 

20081011 066 Coing

copyright : les Jardins de Pomone ASBL

 

  

Pour répondre (partiellement) à cette question, l'occasion est toute trouvée de vous parler des pâtes de coing et du COTIGNAC D'ORLÉANS qu'Anne et moi - comme tant de gourmands initiés - adorons.

Le cotignac est une pâte de coing translucide et parfumée, moulée dans de petites boîtes rondes en bois très mince (elles font penser aux boîtes de camenbert). Ces pâtes très sucrées ont une couleur rosâtre produite naturellement par l'oxydation des fruits après séchage.

Tout d'abord, un petit mot sur l'origine du mot "cotignac" dont la consonnance pourrait nous faire penser qu'il est d'origine charentaise. Et bien non, désolé ! Même si Cotignac rime avec Cognac, cela n'a rien à voir. Cotignac, c'est le nom d'une petite commune du Var, pas très éloignée de Brignolles.

 

Cotignac - village

Cotignac

 

En provençal, Cotignac se dit "Coudougnat", et coudougn (mot dérivé du latin cotoneus)  désignait dans cette même langue d'Oc ... le Coing.

Le Coudougnat ou "raisiné au coing" faisait déjà la réputation de ce village provençal au Moyen-âge, qui l'a exporté très tôt dans plusieurs "pays" de France (Agenais, Gascogne, Orléanais ...) et même en Italie (sous le nom de "Cotognato") ou dans les cantons francophones suisses (sous le nom de "Cougnarde").

Après une longue éclipse, la culture du coing veut retrouver progressivement sa place historique dans ce charmant village provençal. Dimanche prochain 26 octobre 2008 aura d'ailleurs lieu la 6ème édition de la fête du coing. Bien que nous ayons retenu cette date avec l'intention de participer à cette fête, des raisons familiales nous empêcheront d'y être présents cette année. Mais si vous en avez l'occasion et que la distance ne vous effraie pas, n'hésitez-pas à participer à ces réjouissances populaires à la gloire d'un fruit exceptionnel.

inter 

Cotignac - Fête des coings

 inter

En ce qui concerne le Cotignac d'orléans proprement dit, la tradition nous rapporte qu'au Moyen-âge, un génial confiseur de coings de Cotignac - sur l'identité duquel mes sources restent muettes - quitta son pays d'Oc pour rejoindre la ville royale d'Orléans, située sur les bords de la Loire, à plus de 800 km de là.

Inter 

Orléans

Orléans

 

Le Coudougnat ou Cotignac était à ce point délicieux que les rois de France lui trouvèrent tout le raffinement requis pour en faire leur friandise préférée. Même l'austère et cauteleux roi Louis XI (1423-1483) ne put résister aux charmes de cette friandise, dont il fit d'ailleurs grand usage en les offrant comme présents aux ambassadeurs étrangers qu'il entendait gagner à sa politique.

François Ier (1494-1547), lui aussi apprécia le raffinement du cotignac d'Orléans, surtout lorsqu'il pouvait s'en délecter avec la reine Claude (1499-1524), son épouse, où avec l'une de ses innombrables maîtresses, parmi lesquelles émergent la douce et ravissante Françoise de Chateaubriant (vers 1495-1537), et la belle et savante Anne de Pisseleu (1508-1580), dite Mademoiselle d'Heilly avant de devenir - par la faveur royale - la très jalousée duchesse d'Étampes.

 

Who - Louis XI                Who - François Ier

        Louis XI                                                                                      François Ier

La duchesse d'Étampes - que ses courtisans flattaient en l'appelant "la plus belle des sages, et la plus sage des belles"- est restée célèbre pour ses galanteries. La faveur du roi ne pouvait suffire à combler ni ses sens, ni ses ambitions. Femme de la Renaissance, elle eut en même temps de nombreux amants. Marguerite de Navarre (1492-1549), soeur du roi, qui avait d'authentiques dons de plume, évoque dans son "Heptameron" la mésaventure d'un de ces amants, sans le nommer. Par recoupement, certains on voulu y reconnaître Charles de Cossé, comte de Brissac (1505-1563), donnant naissance à une légende.

  

Who - Étampes (Anne de Pisseleu, duchesse d')

Anne de Pisseleu, duchesse d'Étampes

 

Le roi, qui n'était pas sot, feignait d'ignorer les écarts de sa favorite, mais savait lui rappeler de temps à autre - et avec humour - qu'il n'était pas dupe, comme en témoigne cette anecdote.

Avisé des visites furtives que Brissac rendait depuis quelques temps à sa belle, François Ier pénétra un beau jour inopinément dans la chambre. En entendant le roi s'approcher, la duchesse d'Etampes - sans trop s'émouvoir - invita son amant affolé à se glisser rapidement sous le lit. Le roi s'adressa à la petite rouée comme si de rien n'était, lui offrant même avec élégance une petite boîte de ... cotignac d'Orléans! Puis soudain, alors que les deux amants croyaient déjà que le plus chaud de l'alerte était passé, François Ier lança une seconde boîte de cotignac sous le lit, en lâchant avec un grand rire : "Tiens Brissac, il faut bien que tout le monde vive ..."

La réputation du cotignac à contribué à la gloire gastronomique d'Orléans. Savez-vous qu'aujourd'hui encore - dans un France devenue républicaine - il est d'usage d'offrir un coffret de cotignac d'Orléans aux ambassadeurs étrangers ? C'est une tradition dans la diplomatie française.

Mais quelle est donc la recette de cette friandise royale qui soutient depuis des siècles la diplomatie de la France.

Je vous en communique la recette ci-après, non sans attirer votre attention sur le fait que le cotignac d'Orléans doit sa spécificité à une multitude de petits secrets de fabrication accumulés au fil des siècles, et qu'il est peu probable que vous puissiez jamais égaler la qualité exceptionnelle du cotignac produit par quelques rares confiseurs d'Orléans.

  

Recette du cotignac

  

  • Lavez les coings bien mûrs, puis coupez les fruits en deux dans le sens de la longueur. (Attention à votre couteau, la résistance du fruit est surprenante !)
  • Enlevez les pépins et enveloppez-les dans un nouet de mousseline.
  • Débitez les demi-fruits en quartiers, puis placez-les dans une casserolle contenant 10 cl d'eau par kilo de coings. Ajoutez le nouet contenant les pépins.
  • Faites cuire doucement les fruits jusqu'à ce qu'ils puissent être défait à la fourchette.
  • Prélevez le nouet et pressez-en le contenu.
  • Réduisez en purée la chair cuite des fruits. Pesez-la et ajoutez-y 800 gr de sucre par kilo de purée.
  • Mélangez en faisant réduire jusqu'à une consistance qui ne s'étale plus lorsque vous la versez sur un surface froide (traditionnellement, dans un anneau de bois placé sur une tablette en marbre).
  • Graissez la surface froide et étalez la purée de coing en une couche d'égale épaisseur. Laissez sécher 2 à 3 jours. 
  • Vous pourrez ensuite découper cette pâte en cubes réguliers que vous emroberez de sucre cristallisé.

 

 

Le coing, c'est bon pour la santé, non ? Alors ...

 

  

José

 

00:17 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (12)