13/03/2009

Cuisine du terroir bruxellois : les oeufs "à la Meulemeester"

P1060642

Cuisine du terroir bruxellois :

Les oeufs "à la Meulemeester"

 

Pour ma sortie d' "hibernation" virtuelle, je vous propose aujourd'hui une ancienne recette de mon terroir bruxellois. Idéale, parce que pas très compliquée, élaborée avec des produits "bien de chez nous", donc facile à trouver !


Mais comment, les oeufs ? ...  à la Meulemeester ! (kéc c ksa ?).
Meulemeester, c'est le nom d'une famille de la petite bourgeoisie  bruxelloise qui a construit sa réussite sur la brasserie. A la présidence de la corporation des brasseurs, elle est en compétition avec une autre famille de brasseurs, les Beulemans. Rivaux, les Beulemans et les Meulemeester ? Pas tant que ça. Leurs enfants sont fiancés; Suzanne Beulemans doit épouser Séraphin Meulemeester.

Le décor est planté pour une des plus célèbres pièces de théâtre belge : Le mariage de Mademoiselle Beulemans, une comédie truculente écrite en 1910 par Frantz Fonson et Fernand Wicheler.

Pièce à grand succès national dès sa création, elle a conservé depuis près d'un siècle une immence popularité en Belgique francophone. Mais elle a aussi fait le tour du monde, grâce à des troupes itinérantes, en faisant connaître l'inimitable accent bruxellois à des millions et des millions de spectateurs riant aux larmes.

Après son  succès bruxellois, la pièce sera jouée à plus de 500 reprises à Paris. En 1950, on tirera du Mariage de Mademoiselle Beulemans,  un film du même nom en noir et blanc réalisé par André Cerf (1902-1993).


1951_Le_Mariage_de_Mademoiselle_Beulemans

Cette comédie a acquis ses lettres de noblesse, puisque Marcel Pagnol (1895-1974) de l'Académie française l'a qualifiée de "chef-d'oeuvre" et s'en est d'ailleurs inspiré pour écrire sa trilogie Marius, Fanny et César. Son personnage, Mr Brun, Lyonnais plongé dans l'univers marseillais, rappelle le séduisant Albert Delpierre, ce parisien qui - dans la comédie belge - se retrouve parachuté dans la société bruxelloise, où il s'éprend de la jeune Suzanne Beulemans - très complice et pas du tout disposée à se laisser marier au "fiancé" - Séraphin Meulemeester - que ses parents lui ont choisi.


 
Mais quel est le rapport entre le nom de cette recette et le personnage d'une pièce de théâtre ?
 
Comme Albert a un "boentje pour Suzanneke (traduisez "a un béguin pour la petite Suzanne", les pres Beulemans et Meulemeester estiment devoir "peler un oeuf ensemble" (expression bruxelloise signifiant "avoir un grosse discussion") au sujet des fiançailles de Suzanne et de Séraphin.

 

A l'issue d'une des premières représentations de la pièce, un restaurateur réputé de l'époque a présenté cette recette d'oeufs à l'acteur qui tenait le rôle de "Meulemeester". Dans l'engouement général du public pour la pièce, la recette ne manqua pas de faire fureur au menu des bonnes tables bourgeoises.

C'est ce qu'on appelle chez nous la "swanze" bruxelloise ! (Traduisez "humour bruxellois", un humour presque indéfinissable, à la fois frondeur et plein d'autodérision, comme l'illustre au second degré notre "Mannekenpis".)


Mannekenpis02

 
Ingrédients pour deux cassolettes (2 personnes)

 

4 oeufs "bio" entiers
2 jaunes d'oeufs "bio"
350 gr de crevettes grises fraîches de la Mer du Nord non épluchées (préférez-les aux chinoises épluchées,congelées, décongelées !)
33 cl de bière blanche de "HOEGAARDEN"
1 petite échalote hachée
2 c à c de moutarde de Gand "TIERENTEYN" *
4 branches de persil plat ciselé
50 gr de fromage à gratin
sel et poivre du moulin

 

Préparation

Commencer par éplucher vos crevettes, mettez-les dans un saladier et verser par dessus la bière. Placez le tout au frais pendant minimum 1 heure.
Cuisez les 4 oeufs pendant 7 minutes. Ne dépassez pas trop ce temps de cuisson; vous risqueriez de faire verdir les jaunes. Passez les oeufs sous l'eau froide, pelez-les.
Coupez les oeufs en fines tranches.
Filtrez la bière, versez-la dans un poëlon avec l'échalote hachée, un tout petit peu de sel, du poivre du moulin. Portez à ébullition, laissez réduire de moitié. Filtrez au tamis.
Remettez la réduction obtenue dans un poëlon, placez-le sur une source de chaleur (ou au bain-marie); incorporez-y les 2 jaunes d'oeufs. Travaillez l'ensemble comme un sabayon.
Lorsque vous obtenez cette belle consistance, incorporez-y la moutarde, le persil haché, et rectifiez l'assaisonnement.
Dans deux cassolettes, étaler une couche de crevettes, par-dessus les rondelles d'oeufs durs, la sauce, et terminez avec le fromage râpé.
Placez 1 à 2 minutes sous le grill.
Servez aussitôt avec une salade mesclun à la vinaigrette (préparée au vinaigre de Xéres et à l'huile de noisettes 1ère pression).

 
(*)  La fameuse moutarde de Gand "TIENRENTEYN", fabriquée depuis 1790, authentique produit du terroir. Dans les préparations aux oeufs, la moutarde améliore considérablement la digestibilité.

Moutarde Tierenteyn Gand

 
 
Accompagnement boisson : 

bière "BLANCHE DE HOEGAARDEN"

   Bière blanche de Hoegaarden

 

P1060638

"C'était au temps où Bruxelles brusselait ..." (Jacques Brel)

 

Bon appétit,

Anne


 

23:02 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (10)

Commentaires

Hmmmmmmmm!! C'est fou ce que ton blog est une mine de renseignements et de découvertes!
Merci à toi!
Bizzzz

Écrit par : annabelle | 15/03/2009

Répondre à ce commentaire

Coucou Chouchou ! Sais-tu que le sieur Frantz Fonson est le bonhomme qui a donné son nom à notre rue ?
Il était originaire de notre commune.

Kuskes

Écrit par : Michel | 15/03/2009

Répondre à ce commentaire

Oeufs et crevettes! Juste ce qu'on aime chez nous - en plus j'ai vu sur TV5 Monde la pièce la semaine dernière!

Écrit par : Apolina | 16/03/2009

Répondre à ce commentaire

Tu sais quoi: et bien ta recette et son historique ont ranimé de bien bons souvenirs de soirées passées devant le poste de télé Noir et Blanc de mes grands-parents avec ... "ça est les crapuleux de ma strotje qui m'appellent Madame Chapeau !"
;-))))
Un beau clin d'oeil à une pièce d'antologie bien de chez nous mais aussi une recette que je m'empresserai de réaliser durant les vacances de Pâques car crevettes et blanche sont à coup sûr dans les goûts de mes zhoms.

Biz à vous deux

ps: les piments ne montrent pas encore le bout de leur nez, mais les jaunes de Thoune et les Marglobe quant à elles sont bien nées. Pourvu qu'elles grandissent en force et en goût....

Écrit par : fabienne | 16/03/2009

Répondre à ce commentaire

Je ne connaissais pas l'histoire de ce plat et son rapport avec la fameuse pièce que j'ai vue maintes fois.

Écrit par : Lydia | 17/03/2009

Répondre à ce commentaire

très belle histoire ...je ne la connaissais pas du tout alors que j'avais déjà croisé souvent la recette...

Écrit par : Carlo | 19/03/2009

Répondre à ce commentaire

Anne, Merci pour cette histoire. Je connaissais la recette, mais pas du tout l'origine. Dommage que je ne peux pas la faire à la maison, ma femme n'aime pas les blancs d'oeufs cuits. Donc...

Écrit par : Mark | 28/03/2009

Répondre à ce commentaire

Merci, merci,
J'avais entendu parlé de cette recette mais jamais du rapport avec mes ancêtres ;-)
Merci
M.Meulemeester

Écrit par : Michel MEULEMEESTER | 31/12/2010

Répondre à ce commentaire

Je ne connaissais pas du tout (ben oui, suis pas bruxelloise, moi! hihi!) mais j'ai adoré l'histoire et ma foi, la recette est bien attrayante, au point d'avoir envie de la tester!
Beau dimanche à vous deux!
Bizzz

Écrit par : Rose | 12/02/2011

Répondre à ce commentaire

Bonjour,
je voudrais vous envoyer une photo de 1910 reproduisant le menu du restaurant " Beulemans et Meulemeester ".
Avez-vous un mail ?
Bien à vous
JJLB

Écrit par : Le Borne | 30/05/2014

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.