31/07/2012

Le "jambon du jardinier" : l'ONAGRE ou OENOTHERE

_DSC0136 onagre.JPG

copyright : les Jardins de Pomone asbl

 Légumes anciens à redécouvrir :

 

L'onagre ( ou oenothère)

le "jambon du jardinier"

A notre époque, ce sont surtout les femmes qui connaissent encore l'onagre. Bien moins comme légume d'ailleurs, que comme  source de remèdes naturels.  En effet, l'huile extraite des graines de cette plante est particulièrement riche en acides  gras polyinsaturés, notamment en acides gamma linéoliques. Chez les personnes souffrant de syndromes prémenstruels, de règles douloureuses, de troubles liés à la ménopause, cette huile précieuse peut rétablir progressivement un équilibre hormonal durable par la régulation du niveau de prostaglandine. De même,  son efficacité est avérée pour soigner certaines affections cutanées, comme l'acné, l'eczéma ou la peau sèche. Et la médecine moderne fonde de gros espoirs sur le rôle que cette plante pourrait jouer dans le traitement de la sclérose en plaque. Des recherches portent également sur l'acide gamilinoléique contenu dans l'essence de cette plante, un anticoagulant qui favoriserait la perte de poids chez les individus en surcharge pondérale.

L'onagre, que l'on appele aussi oenothère, appartient à la famille des onagracées et y forme un genre botanique dans lequel on peut dénombrer environ 80 espèces. Aucune de ces espèces n'est toxique. Celle dont je vous parle plus spécialement aujourd'hui, est sans doute la plus commune:  l'onagre bisannuelle (Oenothera biennis). Ce choix n'est pas dû au hasard; il s'agit non seulement d'une plante médicinale, mais aussi d'un de ces fameux "légumes anciens" qu'on se plaît aujourd'hui à redécouvrir dans nos assiettes.

Détail amusant, cet excellent légume dont on consommait principalement les racines  au 19ème siècle sous les noms populaires de "jambon du jardinier", "jambon de saint Antoine" ou "herbe aux ânes" est classé chez nous parmi les "plantes invasives", au même titre que la renouée du Japon, la balsamine de l'Himalaya ou la berce du Caucase. Elle aurait été introduite une première fois en Europe en 1614, à l'occasion du déchargement d'un vaisseau en provenance de Virginie dans un port hollandais. Cette introduction serait plutôt accidentelle que volontaire. On pense que des graines d'onagre - elles sont toutes petites - se trouvaient dans du sable prélévé sur les rivages de la colonie anglaise pour remplir les sacs de jute qui servaient au lestage des navires.

 

Indiens Ojibways.jpg

La nation amérindienne des Objiways était nombreuse, fière et redoutée. Selon la tradition, elle était la seule à avoir pu résister victorieusement à celle des Sioux. L'onagre figurait à leurs menus ... et dans leur pharmacopée.

 

Chez les "Peaux-rouges", l'onagre était déjà utilisée comme légume et comme plante médicinale bien avant l'arrivée des "visages pâles". Les tiges et les feuilles se consommaient bouillies, les racines fraîches ou séchées chez les indiens de la grande nation des Objiways, dont les tribus occupaient d'importantes régions à l'Est du Canada et des futurs Etats-Unis. Ces sauvages - "bons par nature", comme les définissait le philosophe J.-J. Rousseau - s'émerveillaientt des fleurs jaunes très lumineuses et parfumées de l'onagre, qui avaient la particularité de s'épanouir subitement - en quelques minutes - au coucher du soleil et pour la durée d'une nuit seulement. Leur parfum suave attirait alors en grand nombre les oiseaux-mouches, les papillons de nuits et de nombreux autres insectes comme pour un grande fête d'initiés noctambules . C'est ce qu'évoque deux noms populaires de l'onagre : "belle du soir" ou "primevère de la nuit".

 

_DSC0124.JPG

copyright : les Jardins de Pomone asbl

 

En Europe, l'onagre s'est si parfaitement naturalisée en quatre siècles, qu'elle figure - comme je l'ai déjà signalé plus avant - parmi  les plantes invasives des zones tempérées.  Outre dans les jardins, où elle a été introduite par l'homme pour la décoration et la culture potagère, elle se plaît le long des routes et des canaux, dans les dunes, les terrains vagues ... et même sur les versants des terrils qui jouxtent nos anciens charbonnages. A remarquer que pour beaucoup de botanistes, l'onagre bisannuelle proprement dite doit être considérée comme une espèce européenne issue d'une souche américaine, mais aujourd'hui morphologiquement distincte. Pour d'autres, elle est simplement subcosmopolite.

Comme plante médicinale, l'onagre a connu un âge d'or en Angleterre, parce que c'est elle qui servait à la préparation de la fameuse "Panacée du Roi" (the "King's cure-all"). Il s'agissait d'une infusion de feuilles et de tiges séchées de la plante, réputée soulager rapidement des crises d'asthme et des rhumes.

 

 DSC_0562 Onagre.JPG

copyright : les Jardins de Pomone asbl

 

_DSC0141 onagre.jpg

copyright : les Jardins de Pomone asbl

 

L'onagre en cuisine

  • Les feuilles

Lorsqu'elle sont cueillies avant la floraison, les  jeunes feuilles - juteuses et tendres - forment de belles rosaces facile à récolter et délicieuses dans les salades mélangées. Les feuilles moins jeunes seraient un peu plus indigestes et on recommande souvent de les consommer bouillies ou cuites à l'embeurrée. Personnellement, je n'ai jamais eu de difficulté à digérer des feuilles matures crues. Mais je pense, qu'il faut éviter de les consommer si elles sont récoltées en période de sécheresse. En effet, le début de rupture hydrique qui peut ce produire en été dans certains potagers provoque le rougissement d'une partie des feuilles de l'onagre, tandis que les autres restent vertes. Dans ce cas, les feuilles rouges sont inconsommables, et les feuilles restées vertes sur la même plante ne sont plus idéalement propres à la consommation gourmande.

 

_DSC0171 (onagre (feuilles).JPG

copyright : les Jardins de Pomone asbl

 

  • Les racines

Avec un été pluvieux comme nous le connaissons cette année, les racines sont déjà assez développées pour être consommées en cette fin du mois de juillet. Leur diamètre varie actuellement entre 1 et 3 cm, et elles sont idéales pour une consommation crue, comme le radis. Mais elles atteindront facilement 5 cm de diamètre vers la fin du mois de septembre, et pourront à ce moment être préparées comme du chervis, de la raiponce, des salsifis ou des scorsonères.. Préparées à l'huile ou au vinaigre, elles ont une saveur qui rappelle celle du chou-navet (rutabaga) et se servent en hors-d'oeuvre.

Au Québec, on prépare des "baniques", sorte de "pains" confectionnés jadis par les trappeurs avec de la racine d'onagre séchée réduite en farine. C'était un aliment de survie assez rude pour affronter l'hiver canadien, mais il se consomme aujourd'hui garni de farces agréables et variées qui les rendent fort savoureux.

  • Les fleurs

Elles sont comestibles. Belles à ravir, délicieusement parfumées, riches en pollen et en nectar, on doit se demander pourquoi cette fleur n'est pas plus souvent citée et utilisée dans la cuisine actuelle. La raison la plus plausible est la vie très éphémère de la fleur, qui implique qu'elle soit consommée dans les quelques heures qui suivent sa récolte. A découvrir absolument ! 

 

Votre bien chlorophyllement dévoué,

José

 

_DSC0195 Onagre+++(c).jpg

_DSC0145.JPG

copyright : les Jardins de Pomone asbl

 

Commentaires

Bonjour,
Cette plante (l'onagre), ainsi que le chénopode bon-Henri, les crosnes du Japon et d'autres, en tant que légumes, m'intéressent mais comment se les procurer ?

Écrit par : nadine boidinn | 02/07/2013

Répondre à ce commentaire

Ces 3 plantes sont disponibles en pots pour nos membres lors de nos portes ouvertes. Le chénopode bon-henri et l'onagre sont également disponibles en graines, gratuitement pour les membres en règle de cotisation.

Écrit par : José | 02/07/2013

Répondre à ce commentaire

Bonsoir, sur le bord d'une plage prés de chez moi. "Sain-Lunaire"pousse une fleur magnifique. Il me semble qu'il s'agit d'une onagre bisannuelle. Mais je n'en suis pas sur. j'en ai fait des photos et souhaiterais votre avis. puis-je vous transmettre une ou deux photos par mail, ou via un réseau social.
Merci d'avance pour votre réponse.

olivier bacry.

Écrit par : bacry | 25/08/2014

Répondre à ce commentaire

Bonsoir,

Aucune problème notre adresse mail :
lesjardinsdepomone@hotmail.com

Écrit par : José | 25/08/2014

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.