16/01/2012

Cours de jardinage potager bio : préparons le printemps du micro-potager !

 

photo 20120303-02 cours de jardinage Nos Pilifs.JPG

2007 03 31 300 semis.jpg

Les samedis 28/1, 11/2 et 3/3/2012, l'asbl Les Jardins de Pomone dispensera 3 cours de jardinage potager bio spécialement adressés à toutes celles et ceux qui - habitant en ville ou dans sa périphérie - souhaitent néanmoins cultiver quelques légumes hors du commun ou des plantes aromatiques culinaires dans leur jardin ou sur leur balcon, pour leur propre consommation familiale.

Ces trois cours seront donnés au profit de la Ferme Nos Pilifs, une louable entreprise de Travail Adapté qui occupe près de 150 personnes handicapées dans des activités variées comme la manutention, l'entreprise de jardins, la pépinière, l'estaminet, l'épicerie et la ferme d'animation.

Amoureux du jardinage, nous vous proposons de soutenir ensemble cette sympathique entreprise qui oeuvre avec efficacité pour l'intégration de la personne handicapée dans notre société. Comment ? En vous inscrivant dès à présent à une ou plusieurs formations de votre choix dans le vaste programme de formation 2012 organisé par Nos Pilifs ! Et vous pourrez en profiter pour découvrir une des plus belles et plus vastes jardineries de la région bruxelloise. 

C'est avec plaisir qu'Anne et José retrouveront sur place les Amis, Membres et sympathisants des Jardins de Pomone. Si le coeur vous en dit, soyez des nôtres pour aider une bonne cause !

Voici le programme et les informations pratiques pour votre inscription. Veuillez noter que les réservations ce font uniquement par mail adressé directement à la Ferme Nos Pilifs, qui gère l'organisation et accueille l'événement :

jardinerie@pilifs.be

  • Samedi 28 janvier 2012, de 14h00 à 16h00

Réussir ses semis de printemps

Cultiver soi-même la différence alimentaire : une clé d'accès à l'alimentation saine, durable et agréable - La graine, semence de vie intégrée dans la Nature

  • Samedi 11 février 2012, de 14h00 à 16h00

Préparation et entretien du sol au potager

Un important volet sera consacré au compostage et aux amendements organiques

  • Samedi 3 mars 2012, de 14h00 à 16h00

Pourquoi et comment cultiver sans pesticides

Les acteurs innombrables de l'équilibre biologique au service de l'environnement et du jardinier


  • C'est où ?

Rendez-vous au centre de la cour de la Ferme

Cliquez ici pour accéder au plan d'accès

347, Trasserweg 1120 Bruxelles (Neder-over-Hembeek)

  • C'est combien ?

Le prix des ateliers est fixé à 10 euros par personne, incluant un bon d'achat de 5 euros valable pendant un an à la jardinerie de la Ferme Nos Pilifs

  • Comment faut-il s'inscrire ?

En adressant votre demande de participation uniquement par mail à l'adresse électronique ci-après.

jardinerie@pilifs.be


A très bientôt !

Anne et José

 

Capture Nos pilifs - cours jardinage.JPG

Ferme Nos Pilifs (Saveurs paysannes).jpg

(Crédit photographique : Saveurs paysannes)

 

 


 

05/01/2012

KALOUPILÉ ou "FEUILLE DE CARI" : plante aromatique culinaire

Cari (Kaloupilès)(baies)(wikipedia.org).jpg

Le Kaloupilé ou Cari

Ce sont les feuilles qui sont consommées pour leur pouvoir aromatique (ou plus exactement les folioles, parties du limbe d'une feuille composée).

Des versants de l'Himalaya jusqu'au Sri Lanka, du Golfe d'Oman au Golfe du Bengale, la cuisine populaire indienne ne serait pas ce qu'elle est sans la "feuille de cari" ('Curry leaf' des Anglais) ou kaloupilé. C'est une des plantes aromatiques les plus utilisées dans tout le subcontinent indien. Elle est également très présente dans la cuisine thaïlandaise, dans les cuisines birmane, malaise et vietnamienne.

Le kaloupilé - plus souvent désigné sous le nom de "cari" ou de "curry" - est notamment un des ingrédients de base de tous les "curries" traditionnels (le mot "curry" étant alors utilisé dans son sens le plus propre, c'est-à-dire celui qui désigne un mélange d'épices et non un plante.)

Le nom scientifique du kaloupilé est Murraya koenigii Sprenger. Cette plante se présente sous la forme d'un petit arbre tropical dont la taille, assez variable dépasse rarement 5 m. Il est fort apparenté avec le citronnier ou l'oranger (famille botanique des rutacées). Dans son aire de répartition, il est à la fois très présent à l'état sauvage et à l'état domestique. Dans les jardins, il est apprécié et fréquent comme plante ornementale.

Abondant et bon marché en dans les pays où il pousse naturellement, on trouve les feuilles fraîches du kaloupilé sur tous les marchés locaux. En Occident, par contre, on ne trouvera généralement que des feuilles séchées dont l'essentiel de l'arôme s'est perdu. (A Bruxelles en particulier, trouver des feuilles fraîches n'est pas vraiment une sinécure. En tous les cas, pas chez Colruyt, Carrefour, Delhaize et consorts ...! Mieux vaut s'orienter directement vers les commerces asiatiques de gros et demi-gros du centre de la ville qui fournissent la branche asiatique du secteur Horeca.)

Sauf en pot et en serre, il n'est pas sérieusement envisageable de cultiver cette plante tropicale - au parfum et au goût rappelant le curry  - dans nos régions. (Alternativement, je rappelle par contre aux plus de 2000 visiteurs de nos potagers cet été qui l'on découverte in situ, et aux autres, qu'il existe une plante de garrigue d'excellente rusticité, qui peut parfois remplacer le kaloupilé. Il s'agit de l'hélichryse d'Italie, plus connue sous ses noms populaires de "plante-curry" et "herbe-au-curry" (Helichrysum italicum [Roth] Guisone). Mais il faut bien en convenir, le parfum et la saveur de l'hélichryse, très agréables, sont nettement moins accentués que ceux du kaloupilé.

DSC_0312 Hélichrysum (feuilles).jpg

Photo ci-dessus : feuillage de l'hélichryse d'italie, dite "herbe-au-curry" ou "plante curry"

Il ne faut pas confondre le kaloupilé (feuilles de cari), arbuste exotique, avec l'hélichryse (herbe-au-curry), petite plante lamiacée méditerranéenne remarquablement rustique dans nos régions tempérées. Botaniquement très différentes, ces deux espèces ont cependant en commun un parfum de curry.

Photo ci-dessous : fleurs (non écloses) de l'hélichryse d'italie, dite "herbe-au-curry" ou "plante curry"

DSC_0311 Hélichrysum (fleurs).jpg

La feuille de kaloupilès ou cari est une feuille dite "composée", c'est-à-dire formée de folioles (ou petites feuilles; une douzaine dans son cas ) formant ensemble, avec le pétiole et sa base, une feuille véritable. Ce sont évidemment les folioles qui sont le plus appréciés en cuisine.

La feuille de cari est vert brillant, plus foncée au-dessus qu'en-dessous. Elle ressemble assez bien à une feuille de laurier-sauce.  C'est l'ingrédient essentiel de la préparation des célèbres mélanges d'épices indiens connus sous les noms de "curry de Madras" et de "massalas".

NB : La distinction  - utile, mais pas assez respectée - qui serait à faire entre un "curry" et un "massala" est que le premier est une poudre, tandis que le second est une pâte humide.  Dans les deux cas, on retrouve généralement les épices suivantes en proportions très variables selon les régions : asa foetida ou fenouil - cannelle - clou de girofle - coriandre (en graines) - cumin - curcuma - fénugrec - gingembre - moutarde - poivre noir du Kerala ... A noter aussi que le terme cari (et ses variantes, kari ou kaari) provient de la langue vernaculaire du Tamil Nadu, Etat du sud de l'Inde, et qu'il désigne au sens premier la sauce qui accompagne le riz.

Cari (feuilles de cari)(aromatherapycosmos;blogspot.com).JPG

Les feuilles fraîches sont utilisées par les autochtones pour rehausser tous les plats de viande épicés et les curries.

Les feuilles séchées, que l'ont trouve parfois dans nos commerces occidentaux, n'ont presque plus de goût. Dans le meilleur des cas, elles sont emballées sous vide, ce qui leur conserve quand même un peu de leur couleur verte et de leur arôme.

En cuisine, on peut aussi nouer quelques feuilles avec du fil alimentaire (comme pour le classique "bouquet garni"). Ce bouquet parfumera délicieusement des légumes cuits à la vapeur; en soupe ou en ragoûts. On peu aussi l'ajouter à l'eau de cuisson du riz ou dans une marinade relevée.

En médecine ayurvédique, outre les feuilles largement consommées pour lutter contre la constipation et les coliques, on utilise ausi l'écorce du kaloupilès (la vraie, pas du "bois de cagette", comme me l'écrivait plaisamment il y a quelques jours une charmante lectrice provençale de ce blog à propos des produits Ducros !) pour aider à une bonne digestion. Une tisane d'écorce, de racine ou de feuilles fait également baisser la tension. C'est très objectivement constaté en ce qui me concerne, et je ne m'en prive pas. 

Votre bien chlorophyllement dévoué,

José

Cari (feuilles de)(wikipedia.org).jpg