20/12/2009

Bichofs, grogs, vins chauds : brrr ... y-a-t'il un Saint-Bernard dans le coin ?

Chien Saint-Bernard et tonnelet en collier (wikimedia comons)

(Source réutilisable : Wikimedia Commons)

 

Histoire de se réchauffer un peu ...

 

Bichofs, grogs, vins chauds :

brrr ... y-a-t'il un Saint-Bernard dans le coin ?


La neige ne cesse de tomber et le thermomètre reste plongé dans les températures négatives de jour comme de nuit. Un petit vent glacial est venu apporter lui aussi son concours à cet  épisode hivernal d'une intensité que nous n'avons plus connue depuis des années.

L'ironie des circonstances fait que cette période de froid correspond à celle de l'échec des négociations de Copenhague pour aboutir à un accord international de lutte contre ... le réchauffement climatique. Vendredi soir, les "nuisibles" ont à nouveau réussi leur coup. Malgré l'urgence scientifiquement démontrée, il n'y aura pas d'engagements contraignants, pas de calendrier; bref, un consensus aussi timoré qu'hypocrite, tout ce qu'il y a de plus mou et de plus insignifiant, en dehors de toute prise en compte de la voix démocratique largement majoritaire. Je ne sais pas bien si je suis plus triste qu'irrité ou le contraire par ce sommet de comédie, mais en tout cas pas du tout surpris de ce nouvel ajournement sine die.

Et si on se réconfortait avec un vin, un punch ou un grog bien chaud ? C'est si facile à préparer et tellement meilleur que les produits préparés du commerce. Voici quelques recettes éprouvées :

 

I.  Bichof blanc*

* Le terme Bichof - synonymes : Bischop, Bishof  ou Bischof - désigne une macération de vin avec des agrumes, orange ou citron.

Ingrédients

1 citron non traité

1 bouteille de vin blan moelleux

5 gr de cannelle

1 gousse de vanille

Préparation

Dans un poêlon, faites chauffer le vin blanc avec la cannelle et la gousse de vanille (préalablement ouverte).

Coupez le citron en fines lamelles. Répartissez 2 à 3 lamelles dans des bols ou des verres résistant à la chaleur.

Lorsque le vin est presque à ébullition, versez-le dans les bols ou les verres.

 

II. Bichof rouge

Ingrédients

1 orange

1 bouteille de vin rouge

5 gr de cannelle

1 clou de girofle

100 gr de sucre


Préparation

(Dans cette recette au vin rouge, le citron est remplacé par l'orange et la gousse de vanille par un clou de girofle. Il faudra aussi ajouter du sucre.)

Coupez une orange (non traitée) en 4 et faites légèrement griller les quartiers au four. Dans un bocal d'un capacité d'un litre et muni d'un couvercle hermétique, versez le vin, la cannelle et le clous de girofle, puis ajoutez les quartiers d'orange. Laissez macérer pendant toute une nuit dans une pièce ou la température est d'au moins 18° C

Le jour suivant, passez et filtrez la macération. Ajoutez le sucre et laissez fondre.

Au moment de servir, réchauffez dans un poêlon et servez juste avant que le bichof n'arrive à ébullition.

 

III. Café irlandais

Ingrédients (quantités individuelles, par verre)

3 doses de café noir très chaud

1 dose de whisky irlandais (whiskey)

2 cuillerées de crème fraîche

2 morceaux de sucre

 

Préparation

Utilisez un grand verre résistant à pied. Déposez-y d'abord les deux morceaux de sucre. Versez ensuite le whiskey, puis le café. Enfin, terminer avec la crème fraîche. C'est prêt ! Il ne faut surtout pas mélanger les ingrédients.

 


IV. Grog* au rhum

 

Portrait Amiral Vernon par Gainborough

"Old Grog himself"

 

* D'où nous vient le mot "GROG" ?

Un curieux privilège des marins anglais fut de se voir octroyer journellement - à partir de 1655 - une dose de rhum. C'est l'amiral William Penn (1621-1670) qui est a l'origine de cette tradition. Il va sans dire que cette distribution régulière et générale d'alcool sec perturbait souvent la discipline des équipages. Un autre amiral britannique - Sir Edward Vernon (1684-1757), surnommé "Old Grog" (portrait ci-contre, par Gainsborough)  par ses matelots - s'émut des bagarres et mutineries incessantes et fit couper le rhum avec de l'eau en 1731. Son surnom passa à la boisson chaude et réconfortante que nous appelons également "grog" en français. L'adjonction de jus de citron date également de cette époque, comme remède préventif au scorbut qui décimait les effectifs au long cours.

 

Ingrédients (pour 4 personnes)

1 verre de rhum agricole

3 verres d'eau

1 citron

6 morceaux de sucre (ou sucre de canne liquide)

 

Préparation

Faites bouillir l'eau avec le sucre.

Dans des verres ou des bols préalablement chauffés, mettez 2 tranches de citron (de préférence avec la peau, si fruit non traité) et remplissez au quart avec du rhum. Complétez avec l'eau sucrée bouillante et servez immédiatement.

 

 

Santé et bonne fin d'année à toutes et tous,

José

 

10/11/2008

Velouté de topinambours et de chanterelles à la sauge

P1050884

Velouté de topinambours et de chanterelles à la sauge


Simple, savoureux et festif ...

Pour les ingrédients, relisez les billets de José sur le topinambour et sur la sauge.

Quant à la chanterelle, alias "girolle" (Cantharellus cibarius) c'est un champignon des bois que sa belle couleur jaune et sa taille moyenne ont rendu très populaire auprès des gourmets. Dans la nature, il adore pousser parmi les mousses, au sein  desquelles il apparaît massivement après les pluies d'orages. Sauvage, il se récolte de juin à novembre, selon les conditions d'humidité. Curieusement, on en trouve à présent presque toute l'année dans le commerce haut-de-gamme. Devinez pourquoi!


Son chapeau ressemble à une petite trompette aux bords ourlés. A l'inverse de la "fausse-girolle" (le Clitocybe aurantiaca ou Hygrophoropsis aurantiaca), les lamelles sous le chapeau ne se détachent pas au grattage. Elles sont charnues, de la même couleur que le chapeau et font corps avec lui. La couleur jaune du pied est plus vive que celle du chapeau.


Girolle (Cantherellus cibarius)      Fausse-girolle (Clitocybe auriantica);jpg
   Girolle ou chanterelle                                Fausse-girolle ou clitocybe

Si les fausses-girolles n'ont pas de goût typique et sont difficiles à digérer, la vraie girolle est vraiment savoureuse - avec un goût qu'on pourrait qualifier de "fruité" - et parfaitement comestible. Parmi les champignons, c'est sans doute celui qui - en gastronomie - accompagne le mieux les poissons. Mais aussi bien d'autres choses comme les viandes de lapin et de veau, les oeufs, les crosnes du Japon ... et les topinambours .

 

Ingrédients

(pour 4 pers.)
 
500 gr de topinambours 
500 gr de chantrelles (girolles)
800 ml de bouillon de volaille
1 gros oignon
4 éclats d'ail
3 brins de thym
huile d'olive
beurre
sel/poivre
1 filet de vinaigre de Xéres
4 feuilles de sauge fraîche
brins de ciboulette (garniture)

 

Préparation

 

Lavez et épluchez les topinambours.
Emincez-les à la mandoline (position 2). Réservez-en une poignée pour la garniture finale.
Brossez les chantrelles, coupez le bout des pieds. Gardez-en 16 petits pour le garniture.
Epluchez l'oignon, coupez-le en rondelles (à la mandoline en position 2).
Versez un peu d'huile d'olive dans une casserolle. Faites-y blondir les oignons, ajoutez-y les topinambours et les chantrelles, mouillez avec le bouillon de volaille.
Salez et poivrez.
Portez le tout à ébullition, ajoutez le thym et l'ail. Laissez cuire pendant +/- 30 min.
Laissez refroidir. L'ensemble sera ainsi bien infusé.
Retirez le thym et l'ail. Passez le tout au mixeur plongeur. Passez votre velouté au chinois.
Rectifier l'assaisonnement. Faites chauffer sans boullir. Ajoutez un trait de vinaigre de Xérès.
Laissez fondre un peu de beurre dans une poêle; faites y revenir, brièvement, les topinambours et les chantrelles restantes. Salez et poivrez.
Ajoutez-y la sauge finement ciselée.
Servez le velouté dans des bols, déposez-y la garniture au milieu.


Bon appétit

Anne


 

P1050887
 

13:53 Publié dans POTAGES & SOUPES | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : sauge